Retour

Hollande met en garde Trump sur la question du climat

Le président français François Hollande a mis en garde samedi le président désigné américain Donald Trump, sans toutefois le nommer, contre toute remise en cause de l'accord de Paris sur le climat.

« Je vous l'affirme, la France ne laissera personne ni aucun État, fût-il le plus grand, remettre en cause cet acquis majeur de la communauté internationale », a-t-il dit lors de ses voeux télévisés.

Donald Trump, qui a nommé un climatosceptique à la tête de l’Agence de protection de l’environnement américaine (EPA), a mis en doute la responsabilité humaine dans le réchauffement climatique. Le président désigné souhaite également le retrait de Washington ce cet accord, conclu à Paris en décembre 2015.

François Hollande a ajouté que la pollution dans les villes françaises montre « l’impérieuse nécessité » de l’entente.

La présidentielle et l'extrême droite

À quatre mois de l’élection présidentielle en France, le président, qui ne se représente pas en 2017, a prévenu les Français que « ce ne serait plus la France » si l’extrême droite l’emporte.

Comment imaginer notre pays recroquevillé derrière des murs, réduit à son seul marché intérieur, revenant à sa monnaie nationale et en plus, en discriminant ses enfants selon leurs origines?

François Hollande, président de la France

Toutefois, il n’a pas nommé la présidente du parti d'extrême droite, le Front national, Marine Le Pen.

Il s’en est aussi pris au candidat de la droite François Fillon, l'accusant de vouloir « brutaliser la société ». Il a aussi alerté la gauche qui risque « l’élimination » au premier tour, en raison de sa « dispersion ».

Sept candidats sont en lice pour la primaire de la gauche organisée par le Parti socialiste, qui doit se tenir les 22 et 29 janvier prochains.

« En cette fin d'année, ce que nous croyons acquit, parfois pour toujours, la démocratie, la liberté, les droits sociaux, l'Europe et même la paix, tout cela devient vulnérable, réversible. On l'a vu au Royaume-Uni avec le Brexit et aux États-Unis lors de l'élection du mois de novembre. On le voit sur notre continent, à travers la montée des extrémismes », a-t-il souligné.

L'élection présidentielle doit avoir lieu les 23 avril et 7 mai 2017.

Terrorisme

François Hollande a aussi insisté sur la nécessité pour la France de « réaffirmer son indépendance » face aux puissances, « les anciennes comme les nouvelles ».

Nous l'avons et nous devons tout faire pour préserver cette liberté stratégique.

François Hollande, président de la France

« Dans un environnement international plein d'incertitudes, avec un climat de guerre froide, peu de pays ont par leur défense, c'est-à-dire leur armée, et la politique étrangère la capacité de décider souverainement », a-t-il dit.

Il a annoncé qu’il irait lundi en Irak pour saluer les soldats engagés dans la lutte contre le groupe armé État islamique (EI).

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine