Retour

Hollywood écorche Donald Trump lors des Golden Globes

Le président désigné Donald Trump était sur toutes les lèvres, dimanche soir, à la cérémonie des Golden Globes, où plusieurs vedettes américaines et étrangères, Meryl Streep en tête, en ont profité pour le critiquer, sans toutefois le nommer. Ce dernier n'a pas manqué de réagir sur Twitter.

L’animateur de la soirée, Jimmy Fallon, n’a pas manqué lui non plus une seule occasion d’écorcher Donald Trump pendant ses numéros.

L’humoriste, et animateur du Tonight Show, avait été critiqué lorsqu’il avait reçu Donald Trump à son émission en pleine campagne électorale. Plusieurs avaient dénoncé une entrevue complaisante, où plutôt que de confronter le candidat républicain sur ses propositions controversées, il s’était contenté de le décoiffer en direct à la télévision.

Jimmy Fallon s’est repris dimanche soir, et à plus d’une reprise. D’entrée de jeu, il a lancé que les Golden Globes « étaient l'un des derniers endroits où le vote populaire compte toujours », en référence à la présidentielle américaine, où près de trois millions d’électeurs de plus ont voté pour Hillary Clinton.

« Les bulletins ont été compilés par des comptables et par le président russe Vladimir Poutine », a même ajouté le populaire animateur.

Il a plus tard affirmé que Florence Foster Jenkins avait aussi refusé de se produire à la cérémonie d’investiture du futur président, le 20 janvier, en référence aux difficultés que Donald Trump éprouve à rassembler des personnalités pour cette soirée.

Interprétée par Meryl Streep, Florence Foster Jenkins, dans le film du même nom, est une chanteuse d’opéra au talent « discutable ».

Montant sur scène pour recevoir le prix Cecil B. DeMille pour l'ensemble de sa carrière, Meryl Streep a prononcé un discours touchant dans lequel elle a dit craindre les conséquences de l'élection de Donald Trump autant pour la liberté de presse que la contribution des créateurs étrangers à Hollywood.

Hollywood croule sous les gens venus d'ailleurs et les étrangers. Si vous les mettez tous dehors, vous n'aurez plus rien à regarder que du football américain et des arts martiaux mixtes, qui ne sont pas de l'art.

Meryl Streep

« Vous tous dans cette salle appartenez aux segments les plus diabolisés de la société américaine en ce moment », a-t-elle lancé à la foule. Meryl Streep était d’ailleurs nommée pour le meilleur premier rôle dramatique féminin en compagnie d’actrices aux origines très diverses.

L'actrice de 67 ans a également dénoncé l'imitation moqueuse que Donald Trump a faite d'un journaliste handicapé du New York Times, en 2015. « Ça m'a brisé le cœur quand je l'ai vu et je ne peux le sortir de mon esprit parce que ce n'était pas un film. C'était la vie réelle », a-t-elle déclaré à propos d’une scène qui n’est pas digne, selon elle, d’un futur président.

Elle a en outre appelé les Américains à soutenir la liberté de presse.

Trump piqué par les propos de Meryl Streep

Sur son compte Twitter, le président désigné a réagi avec virulence aux critiques que lui a adressées la célèbre actrice. M. Trump lui reproche de l'avoir « attaqué » alors qu'elle ne « le connaît même pas », la qualifiant au passage d'actrice surestimée.

Il se défend sinon de s'être moqué du journaliste handicapé Serge F. Kovaleski - « je ne le ferais jamais » - à qui il reproche cependant d'avoir transformé une histoire écrite des années auparavant sur lui afin de le faire mal paraître.

En entrevue au New York Times, lundi matin, il a par ailleurs affirmé ne pas être surpris par les propos de Meryl Streep, une « partisane d’Hillary Clinton ».

L'Associated Press a toutefois relevé qu'en 2015, M. Trump avait cité le nom de Meryl Streep lorsque The Hollywood Reporter lui avait demandé quelles étaient ses actrices préférées. « Julia Roberts est merveilleuse, et plusieurs autres. Meryl Streep est excellente; elle est une bonne personne, aussi », avait-il dit.

D'autres acteurs écorchent Trump

L'acteur britannique Hugh Laurie s’est aussi dit honoré de recevoir un prix lors des « derniers Golden Globes de l’histoire » pour son rôle dans The Night Manager.

« Je ne veux pas être sombre. C'est juste qu'il y a les mots "Hollywood", "étranger" et "presse" dans le titre », a-t-il expliqué ensuite, puisque Donald Trump est connu pour son hostilité envers les médias et Hollywood.

« Il y a des gens du monde entier dans cette salle, de Chine, d'Amérique, d'Europe. N'attendez pas du cinéma qu'il dresse des murs et des frontières », a renchéri l'actrice française Isabelle Huppert, en référence au mur que prévoit construire Donald Trump entre les États-Unis et le Mexique.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine