Retour

Hong Kong est un défi pour la Chine, affirme le président Xi Jinping

Le président chinois, Xi Jinping, en visite à Hong Kong pour le 20e anniversaire de la rétrocession du territoire à la Chine, a reconnu vendredi que le modèle « un État, deux systèmes » devait affronter de nouveaux défis avec la montée de la contestation des militants démocrates.

La visite de Xi Jinping intervient dans un contexte tendu où l'ingérence de Pékin dans les affaires hongkongaises dérange, malgré les promesses d'autonomie faites par la Chine lors de la rétrocession de Hong Kong par les Britanniques en 1997.

« Depuis 20 ans que Hong Kong a été rattaché à la patrie, le succès du ''un État, deux systèmes'' est reconnu par le monde entier », a déclaré Xi Jinping, qui n'était jamais venu à Hong Kong depuis son arrivée à la tête du pouvoir central, en 2012.

« Bien sûr, pendant sa mise en oeuvre, nous avons dû faire face à de nouvelles situations, de nouvelles questions et de nouveaux défis. Ces questions doivent être considérées correctement et analysées objectivement. Elles ne doivent pas effrayer. La clé est de réfléchir à comment les résoudre », a-t-il poursuivi.

Parallèlement, le ministère chinois des Affaires étrangères a annoncé vendredi que la déclaration sino-britannique sur le statut de Hong Kong conclue en 1984 par Margaret Thatcher et Zhao Ziyang n'avait plus aucune valeur, sinon historique.

Cette déclaration fixait les conditions de sortie du Royaume-Uni après un siècle et demi de domination sur la colonie et garantissait les droits et libertés dans la ville selon la formule « un État, deux systèmes ».

En la jugeant nulle et non avenue, Pékin retire de fait tout droit de regard britannique sur Hong Kong.

Jeudi, le secrétaire d'État des Affaires étrangères britanniques, Boris Johnson, avait déclaré que l'engagement britannique envers Hong Kong, gravé dans un « traité », était « toujours aussi fort aujourd'hui » qu'il y a 20 ans.

« Le Royaume-Uni n'a aucune souveraineté, aucun pouvoir pour régner et aucun pouvoir pour superviser Hong Kong après la rétrocession », a répondu le ministère chinois des Affaires étrangères.

Les militants démocrates relâchés

À Hong Kong, Xi Jinping s'est également rendu vendredi dans la garnison de Shek Kong, située dans les Nouveaux Territoires, où, juché à l'arrière d'un véhicule de commandement, il a passé en revue plus de 3000 soldats de l'Armée populaire de libération, l’armée chinoise.

Le nombre exact de soldats chinois déployés à Hong Kong est inconnu, mais des diplomates étrangers l'estiment entre 8000 et 10 000, dont des soldats d'infanterie et des membres des forces spéciales, répartis dans plusieurs garnisons et bases héritées de l'armée britannique.

Ces soldats vivent isolés de la population de Hong Kong, où la sécurité relève des prérogatives de la police locale.

La veille de l'arrivée de Xi Jinping, mercredi, la police a interpellé 26 militants démocrates alors qu'ils s'étaient réunis sur un monument commémorant la rétrocession du territoire, pour réclamer l'instauration d'une démocratie pleine et entière.

La police a mentionné vendredi que les 26 militants concernés, dont Joshua Wong, chef de file du mouvement de contestation de 2014, ont été remis en liberté sous caution et qu'ils devront se présenter aux autorités fin septembre.

Plus d'articles

Commentaires