Retour

Huit randonneurs portés disparus à la suite d'une coulée de boue en Suisse

Les secouristes suisses sont toujours à la recherche de huit randonneurs qui manquent à l'appel depuis qu'une coulée de boue et de roches a dévalé la montagne dans les Alpes suisses, dans la région du village de Bondo, près de la frontière italienne.

De nationalités allemande, autrichienne et suisse, les randonneurs « n’ont pu être retrouvés », a révélé la police du canton des Grisons. Un couple ferait partie du groupe porté disparu, selon le ministère autrichien des Affaires étrangères.

Les recherches sont demeurées vaines en dépit de leur intensification, la nuit dernière, et de l’utilisation d’un hélicoptère de l’armée équipé de détecteurs thermiques. Les autorités ont établi une zone d’exclusion aérienne d’un rayon de 5 km afin de faciliter les recherches aériennes dans le secteur.

Un porte-parole de la police a indiqué au quotidien Blick que le réseau des téléphones portables ne passe pas partout dans la région. « Nous espérons que c'est la raison pour laquelle nous n'avons pas pu contacter les personnes disparues », a expliqué ce porte-parole, Markus Walser.

« À l'heure actuelle, les sauveteurs effectuent des vols pour localiser des alpinistes dans la zone », a précisé la police dans un communiqué. Des équipes totalisant 120 sauveteurs participent aux recherches. Un groupe de six personnes, porté disparu par un proche qui s’inquiétait, a toutefois été localisé en Italie.

La coulée de boue et de roches est survenue à 9 h 30 mercredi matin. Une masse rocheuse de quatre millions de mètres cubes de roches s’est détachée de la paroi du Piz Cengalo avant de dévaler la montagne et atteindre la vallée qui se trouve derrière le petit village de Bondo, près de la frontière italienne.

La police du canton a immédiatement fait évacuer le village afin de protéger les villageois contre un éventuel glissement de terrain ou une nouvelle coulée de boue. Une centaine de personnes ont ainsi été évacuées, dont certaines ont été héliportées.

Outre le village, deux refuges alpins ont également été évacués.

Réfugiés dans la région

Des villageois ont trouvé refuge dans des hôtels des environs ou chez d’autres citoyens de la région. « Quatre habitants de Bondo doivent arriver aujourd'hui chez moi », a déclaré Simona Rauch à l’AFP. Cette pasteure de l'Église réformée de la région du Val Bregaglia habite le village de Vicosoprano, à 7 km de Bondo. « Beaucoup ont passé la nuit dans la maison de retraite de Spino, un village juste en face de Bondo », a-t-elle ajouté.

Au total, 12 bâtiments ont été détruits ou endommagés, dont 5 à Bondo, selon la police du canton. La route principale reliant Stampa à Castasegna a été fermée à la circulation en raison de la coulée de boue.

Les citoyens ne peuvent regagner leurs quartiers jusqu’à nouvel ordre et les autorités procéderont à une nouvelle évaluation de la situation demain. « Les gens sont partis immédiatement en laissant tout derrière eux. On ne sait pas combien de temps ils vont devoir rester en dehors de chez eux, car pour l'instant il n'y a ni eau ni électricité dans le village de Bondo », a indiqué Mme Rauch.

La chute de roches et de pierres qui a provoqué la coulée de boue a été si violente que les sismomètres en ont capté les vibrations dans toute la Suisse sur leurs relevés. L’événement, qui a duré une minute, a généré des vibrations équivalentes à un tremblement de terre d’une magnitude de 3.

La chute de roche était attendue depuis plusieurs années puisque les autorités avaient enregistré d’autres chutes de roches dans le secteur en 2011, 2012, 2016. La dernière chute de roches a eu lieu le 21 août dernier.

Le dernier glissement de terrain mortel à être survenu en Suisse remonte au mois de novembre 2014. Deux personnes avaient été tuées et quatre autres avaient été blessées à la suite de l’effondrement d’un bâtiment dans le canton de Tessin.

Plus d'articles

Commentaires