Retour

Il n’y a eu « absolument aucune collusion » avec les Russes, réitère Trump

Commentant l'affaire pour la première fois, le président américain Donald Trump a dit ne pas s'inquiéter que son ex-conseiller à la sécurité nationale, Michael Flynn, ait plaidé coupable à une accusation d'avoir menti au FBI au sujet de contacts avec la Russie.

Le président a profité de l’occasion pour réitérer qu’il n’y avait eu « absolument aucune collusion » entre son équipe de campagne et les autorités russes.

Un peu plus tard sur Twitter, il est aussi revenu sur la démission de Michael Flynn, à sa demande, le 13 février dernier, soutenant que tout ce que son ex-conseiller avait fait durant la période de transition était « légal ».

« J'ai dû limoger le général Flynn parce qu'il a menti au vice-président et au FBI. Il a plaidé coupable de ces mensonges. C'est triste parce que ses actions pendant la transition étaient légales. Il n'y avait rien à cacher! », a écrit Donald Trump.

Le président semble donc admettre qu’il était au courant des actions de son ex-conseiller. Pourtant, à l’époque, la Maison-Blanche n’avait parlé que du fait que Michael Flynn avait menti au vice-président Mike Pence sur la teneur de ses échanges avec l’ambassadeur russe.

Par voie de communiqué, la Maison-Blanche a ajouté que les mensonges de Michael Flynn au FBI sont du même ordre que ses fausses déclarations à des responsables de l’administration américaine, et que son plaidoyer de culpabilité n’implique que lui.

« Rien, dans sa reconnaissance de culpabilité ni dans les charges [retenues contre lui], n'implique quelqu'un d'autre que M. Flynn », a affirmé Ty Cobb, conseiller juridique de la Maison-Blanche.

Toujours selon Cobb, en plaidant coupable, Michael Flynn « ouvre la voie à une conclusion prompte et raisonnable » de l'enquête menée par le procureur spécial Robert Mueller.

Vendredi, Flynn a admis devant un tribunal de Washington avoir fait de « fausses déclarations » au FBI, le 24 janvier dernier, au sujet de conversations avec l’ex-ambassadeur russe Sergueï Kislyak, les 22 et 29 décembre 2016.

Michael Flynn est la quatrième personne à être inculpée dans le cadre de cette enquête, mais la première à avoir été membre de l'administration Trump. Sa décision de collaborer avec le bureau du procureur Mueller constitue en ce sens un développement majeur.

Plus d'articles