Retour

Ils ont voté pour Trump et ils l'appuient toujours

L'État du Maryland est démocrate depuis des lustres. Mais, ici et là, à travers l'État, des îlots républicains subsistent. C'est le cas du comté de Garrett, qui a voté à 77 % pour Donald Trump. Un mois après son assermentation, ses partisans du comté le soutiennent toujours, malgré ses dérapages.

Un photoreportage de Marcel Calfat

La légende veut que le village d’Accident, au Maryland, avec ses quelque 320 âmes, tire son nom d’une erreur après que deux arpenteurs ont fait le même travail, par accident. Mais ce n’est pas par accident que Donald Trump y a remporté les dernières élections. Le taux de chômage est depuis longtemps supérieur à la moyenne de l’État et du pays. C’est un coin de pays où règne le col bleu.

Depuis des décennies, un groupe de résidents se rencontre chaque matin autour d’un café dans un coin du garage local. Ils sont parfois une dizaine, parfois moins. En ce vendredi, plusieurs sont aux funérailles de leur doyen, mort à 92 ans. Républicains pour la plupart, ils ne regrettent pas leur appui à Donald Trump.

« Je n’étais pas content avec 75 % de ce qu’a fait Barack Obama, dit Layne Wassell, 41 ans. Je crois que Trump pourra faire de bonnes choses. Mais il faudra que le peuple américain se dise : "Donnons-lui une chance et voyons ce qu’il peut faire." »

Robert Shrum, 66 ans, un ancien combattant du Vietnam, n’a pas voté pour Trump, mais il est prêt à lui donner sa chance. M. Shrum lui reproche son obsession de l’élection. « Je ne sais pas ce dont il a besoin de plus pour valider sa victoire. Je crois qu’il a gagné de manière juste et honnête. C’est assez. Il devrait maintenant passer aux choses sérieuses, comme être le président. »

« Je crois que c’est un homme correct, dit Dale Rodeheaver, 83 ans. Mais, pendant la course, je ne l’aimais pas. Il disait trop souvent n'importe quoi. »

« C’est ce qui m’agace chez lui, avoue Layne Wassell. Il doit s’en tenir aux faits au lieu de débiter des âneries. Il ne doit pas improviser devant la caméra. »

La famille McClintock exploite une ferme laitière depuis quatre générations. La ferme compte environ 250 vaches. La famille fonde beaucoup d’espoir sur Donald Trump et sa promesse de réduire la réglementation qui freine les entreprises.

« Beaucoup de gens du gouvernement font de l’argent et ils ignorent totalement comment les travailleurs gagnent leur vie, combien ils sont inquiets de ne pouvoir payer leurs comptes à la fin du mois. Est-ce que je vais pouvoir même garder ma ferme? », se demande Jeffrey McClintock.

« Donald Trump a vraiment la classe moyenne à coeur, dit Jeffrey McClintock. Les gens de la classe moyenne ont bâti l’Amérique. Alors, il sait que le pays a besoin d’eux pour progresser. »

M. McClintock s’inquiète malgré tout pour l’avenir de son fils, Eli, 6 ans. « C’est une vie difficile que je ne souhaite pas à mon fils. Mais même Eli aime Donald Trump, alors je me dis qu’il a peut-être un avenir ici. »

« J’ai 68 ans, confie Jimmy Lininger, chauffeur d’autobus. Je n’ai jamais compté sur le gouvernement pour prendre soin de moi. J’ai l’impression qu’aujourd’hui, si les gens ne réussissent pas, ils se disent que le gouvernement va s’occuper d’eux. Je suis contre à 100 %. »

« Je ne m’attends pas à ce qu’il soit parfait, reconnaît M. Lininger en parlant de Donald Trump. Et je sais qu’il fera des erreurs ». Mais, comme bien d’autres dans le comté, il appuie totalement l’actuel président.

Plus d'articles