Retour

Impliqué dans la mort de Freddie Gray, le policier Edward Nero est blanchi

Edward Nero, un policier de Baltimore impliqué dans la mort de Freddie Gray, a été acquitté par le tribunal, lundi, des trois chefs d'accusation qui pesaient contre lui, soit meurtre au deuxième degré, mise en péril de la vie d'autrui et mauvaise conduite.

L'avocat de Nero a placé une main dans le dos de son client pendant que le juge le déclarait non coupable dans une salle d'audience silencieuse. Nero s'est levé pour faire l'accolade à son avocat tout en essuyant une larme.

Le juge Barry William a estimé que l'agent Nero avait agi comme tout autre officier l'aurait fait dans la procédure d'arrestation en ne touchant au prévenu qu'une fois qu'il eut été menotté.

Une douzaine de protestataires ont manifesté pacifiquement à l'extérieur du tribunal après la lecture du verdict.

La mairesse de Baltimore, Stephanie Rawlings-Blake, a indiqué dans un communiqué que l'agent Nero ferait tout de même face à une révision administrative effectuée par le département de la police. « Nous demandons encore une fois aux citoyens de faire preuve de patience et de laisser le processus judiciaire terminer ses travaux avant de tirer des conclusions », a-t-elle indiqué.

« Nous sommes préparés à faire face à tout désordre public dans la ville », a poursuivi la mairesse. « Nous protégerons tous les quartiers, nos commerces et les citoyens de notre ville. »

L'agent Nero est le deuxième des six policiers impliqués dans la mort de Freddie Gray à être jugé. Le procès du premier policier, William Porter, un Afro-Américain, avait avorté, en décembre dernier, en raison de l'incapacité du jury de parvenir à un verdict. Porter doit toutefois subir un autre procès cet été.

Les quatre autres policiers accusés dans le dossier de la mort de Freddie Gray - deux blancs et deux noirs - auront des procès séparés au cours de l'été et à l'automne. Ils ont tous plaidé non coupables.

« L'affaire Freddie Gray »

Le jeune afro-américain de 25 ans Freddie Gray est mort le 19 avril 2015, une semaine après avoir eu le cou brisé alors qu'il prenait place, menotté et non attaché, à l'arrière d'un fourgon cellulaire lors de son transport.

À l'arrivée du véhicule à la station de police, 45 minutes plus tard, Freddie Gray était inconscient. Il a finalement succombé à ses blessures une semaine plus tard, à l'hôpital.

La police l'avait approché pour un regard jugé fuyant, puis interpellé après avoir trouvé sur lui un couteau à cran d'arrêt.

Cette affaire avait alimenté le vif débat sur l'attitude de la police à l'égard de la minorité noire.

La mort du jeune homme avait dans un premier temps été suivie de manifestations pacifiques, qui avaient tourné à la violence le jour de ses funérailles. Les autorités avaient déclaré l'état d'urgence, instauré un couvre-feu et appelé en renfort les militaires de la Garde nationale.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine