Retour

Investiture républicaine : un débat fort attendu

Dans une course jusqu'ici marquée par les coups de gueule et les gestes d'éclat, les candidats à l'investiture républicaine croiseront le fer pour la première fois ce soir en Ohio. Dix d'entre eux en fait, car ils sont si nombreux - 17, un record - que le réseau Fox News a dû trancher. Chassés de la table des grands, les sept autres devront se contenter d'un débat de consolation à une heure de moins grande écoute.

Un texte de Sophie-Hélène Lebeuf

La chaîne a révélé il y a plusieurs semaines qu'elle n'inviterait que les 10 candidats en tête des intentions de vote. Si la participation des meneurs - comme les Trump, Bush et Walker - était un secret de Polichinelle, il a fallu attendre à la dernière minute, mardi soir, pour que la liste soit officiellement complétée en fonction des cinq sondages les plus récents.

Diffusé à 21 h (HE), ce premier rendez-vous, modéré par Chris Wallace, devrait permettre aux candidats d'afficher leurs couleurs sur des enjeux comme l'économie, l'immigration, la politique étrangère et sur des thèmes plus consensuels au sein du camp républicain, comme l'honnie réforme de la santé et la taille de l'État, qu'il veulent tous réduire.

Mais c'est sans doute pour savoir quel lapin sortira de son chapeau le multimilliardaire Donald Trump, qui monopolise l'attention des médias avec ses déclarations à l'emporte-pièce, que de nombreux spectateurs répondront présents. Certains spécialistes des médias prédisent d'ailleurs les cotes d'écoute les plus importantes de l'histoire de la télévision câblée.

Profil des participants d'une joute oratoire qui s'annonce colorée

Donald Trump

Âge : 69 ans
Sur son CV : magnat de l'immobilier et vedette de la télévision
Intentions de vote* : 23,2 %

L'homme d'affaires qui vante l'ampleur de sa fortune promet d'être « le plus grand président créateur d'emplois que Dieu ait jamais créé ». Le flamboyant candidat a notamment qualifié les immigrés mexicains de « violeurs », lancé que le sénateur John McCain n'était « pas un héros de guerre » parce qu'il avait été capturé et qu'il avait donné en direct le numéro de cellulaire d'un de ses rivaux... Une stratégie qui semble marcher, puisqu'il éclipse ses rivaux dans les sondages. Critique des instances du parti, il a menacé de se présenter comme candidat indépendant.

Jeb Bush

Âge : 62 ans
Sur son CV : ancien gouverneur de Floride (1999-2007)
Intentions de vote : 12,8 %

Le troisième Bush à aspirer à la Maison-Blanche, après son père, George H. et son frère George W., tente de faire oublier l'héritage politique de son illustre famille. Candidat modéré, notamment en matière d'immigration, il est vu comme un « républicain de nom seulement » par les purs et durs du parti. Son trésor de guerre électoral amassé auprès des donateurs dépasse déjà les 100 millions de dollars. Marié à une Américaine d'origine mexicaine, il s'est converti au catholicisme et parle parfaitement l'espagnol.

Scott Walker

Âge : 47 ans
Sur son CV : gouverneur du Wisconsin (depuis 2011)
Intentions de vote : 10,6 %

Chouchou des ultraconservateurs du Tea Party et bête noire des syndicats, il a réussi à faire adopter un projet de loi controversé retirant aux fonctionnaires leurs droits de négociation collective - et amené des dizaines de milliers de protestataires dans les rues. « Si je peux défier 100 000 manifestants, je peux faire la même chose partout dans le monde », a-t-il dit récemment au sujet du groupe armé État islamique. Il a survécu à un scrutin sur sa destitution, avant d'être réélu dans un État pourtant à tendance démocrate.

Mike Huckabee

Âge : 59 ans
Sur son CV : ancien gouverneur de l'Arkansas (1996-2007)
Intentions de vote : 6,6 %

Après une première tentative infructructueuse en 2008, l'ex-animateur de Fox News s'est de nouveau jeté dans l'arène. Ancien pasteur baptiste, il rallie surtout les chrétiens conservateurs. À ses yeux, le président Obama emmène les Israéliens « aux portes des fours crématoires » avec l'accord sur le programme nucléaire iranien.

Ben Carson

Âge : 63 ans
Sur son CV : neurochirurgien à la retraite
Intentions de vote : 6,6 %

Unique candidat à la peau noire de tout le champ républicain, il se présente comme l'outsider, incarnant l'ascension sociale à l'américaine. Son histoire - celle d'un homme issu d'une famille monoparentale pauvre qui s'est hissé à la tête du service de neurochirurgie pédiatrique d'un grand hôpital - a d'ailleurs été portée à l'écran, avec Cuba Gooding fils dans le rôle-titre. Il a déjà comparé l'homosexualité à la bestialité et qualifié la réforme de la santé du président Obama de pire fléau infligé aux États-Unis « depuis l'esclavage ».

Ted Cruz

Âge : 44 ans
Sur son CV : sénateur du Texas (depuis 2013)
Intentions de vote : 6,2 %

Né à Calgary d'un père d'origine cubaine et d'une mère américaine, il a renoncé à sa citoyenneté canadienne l'an dernier. Populaire auprès du Tea Party, il est perçu comme un farouche défenseur des valeurs conservatrices. En 2013, il a même été à l'origine d'une paralysie partielle des activités gouvernementales. Cette semaine, question de se démarquer de ses 16 rivaux, le candidat a mis en ligne une vidéo le montrant en train de faire cuire du bacon sur le canon d'un fusil qu'il décharge.

Marco Rubio

Âge : 44 ans
Sur son CV : sénateur de Floride (depuis 2011)
Intentions de vote : 5,2 %

Au sein d'un parti décrit par certains comme celui « des vieux hommes blancs en colère », le jeune sénateur présente cette course comme un choix entre le passé et l'avenir. Élu en surfant sur la vague du Tea Party, il s'est depuis rapproché des conservateurs plus pragmatiques de la formation, notamment en matière d'immigration. Il est désormais le rival de celui qui a été son mentor, Jeb Bush.

Rand Paul

Âge : 52 ans
Sur son CV : sénateur du Kentucky (depuis 2011)
Intentions de vote : 4,8 %

L'ex-ophtalmologiste, qui s'est lancé dans la course « avec l'aide de Dieu » et des « amoureux de la liberté », marche dans les traces de son « héros politique » : son père, Ron Paul, icône libertarienne qui a brigué à deux reprises l'investiture républicaine. Très attaché à la Constitution, il prône la liberté individuelle et un gouvernement fédéral aux pouvoirs limités. Opposé à toute surveillance des citoyens par les agences fédérales, il a récemment bloqué au Sénat une procédure sur l'agence nationale de sécurité. Soucieux de renouveler l'image du parti, il courtise aussi l'électorat noir et la classe ouvrière.

Chris Christie

Âge : 52 ans
Sur son CV : gouverneur du New Jersey (depuis 2010)
Intentions de vote : 3,4 %

Un temps pressenti comme le sauveur du parti, ce candidat modéré a depuis vu son aura pâlir, notamment en raison du Bridgegate, un scandale impliquant son entourage politique, qui aurait créé des embouteillages monstres pour punir un maire du New Jersey. À la tête d'un État de tradition démocrate, il se présente comme un politicien capable de transcender les clivages partisans. Reconnu pour son franc-parler, il a déjà crié à un manifestant : « Assieds-toi et ferme-la! »

John Kasich

Âge : 52 ans
Sur son CV : gouverneur de l'Ohio depuis 2011, ancien représentant de l'Ohio à Washington (1983-2001)
Intentions de vote : 2,8 %

Entré tardivement dans la course, le gouverneur de l'Ohio s'est faufilé de justesse dans le débat qui se déroule dans son État. Il s'était lancé brièvement dans l'aventure présidentielle de 2000. Relayant un message de conservatisme fiscal et de compassion, il peut se targuer d'avoir réussi à équilibrer le budget de la Chambre des représentants en tant que président du comité sur le budget, puis d'avoir redressé l'économie de son État. Il se décrit lui aussi comme un homme capable de collaborer avec les démocrates.

Les candidats de l'autre débat

Les sept autres candidats ont été invités à un débat qui se tiendra à 17 h (HE). Plusieurs médias américains ont dit d'eux qu'ils étaient relégués à la « table des petits ».

  • Rick Perry : ancien gouverneur du Texas et candidat déchu de l'investiture républicaine de 2012
  • Rick Santorum : ancien sénateur de Pennsylvanie, qui s'était lui aussi porté candidat en 2012, champion de la droite chrétienne
  • Bobby Jindal : gouverneur de Louisiane, fils d'Indiens ayant immigré aux États-Unis, hindouiste converti au catholicisme
  • Carly Fiorina : ex-directrice générale du groupe informatique Hewlett-Packard,  seule femme de la course
  • Lindsey Graham : sénateur de Caroline du Sud
  • George Pataki : ancien gouverneur de New York
  • Jim Gilmore : ancien gouverneur de Virginie

Plus d'articles

Commentaires