Retour

Israël arrête un soldat soupçonné d'avoir achevé un Palestinien qui ne présentait plus de menace

Un soldat israélien, soupçonné d'avoir achevé un Palestinien alors qu'il ne représentait plus aucune menace, a été arrêté par l'armée jeudi. La police militaire israélienne a ouvert une enquête sur les circonstances de sa mort.

Le geste s'est produit après l'attaque d'un soldat israélien par deux Palestiniens, à Hébron, dans le sud de la Cisjordanie.

La scène, qui a été filmée par un volontaire de l'ONG israélienne de défense des droits de la personne dans les territoires palestiniens B'Tselem, montre l'un des deux Palestiniens au sol, blessé et immobile, au milieu des soldats et des ambulanciers.

Alors que le soldat blessé est transporté dans une ambulance, on voit un soldat s'avancer avec son arme à quelques mètres de l'homme, viser sa tête et tirer. Une déflagration retentit et du sang se met à couler. Les soldats autour se contentent de reculer après le coup de feu.

Une affaire « grave », selon l'armée 

L'armée israélienne avait d'abord annoncé la mort de deux Palestiniens dans une attaque, sans mentionner cet événement, avant de rapporter l'arrestation du tireur. Elle soutient que l'enquête a été amorcée avant la diffusion de la vidéo.

« C'est une affaire grave, contraire à l'éthique des forces de défense d'Israël et à la conduite qu'on attend de leurs soldats et de leurs chefs. Le soldat a été suspendu jusqu'à la conclusion de l'enquête », a précisé l'armée dans un communiqué.

L'enquête doit aussi tenter de déterminer si le soldat avait reçu des ordres.

Les deux Palestiniens, âgés de 21 ans, ont été identifiés comme étant Ramzi Al-Kasraoui et Abdel-Fattah Al-Charif. C'est ce dernier qui a été achevé par le soldat.

La diffusion de la vidéo a immédiatement provoqué de fortes réactions de la part de défenseurs des droits de la personne. L'ONG B'Tselem a qualifié le geste d'« exécution ».

La sécurité avait été renforcée à Hébron jeudi, en prévision d'un défilé pour la fête juive de Pourim.

Les incidents sont fréquents à Hébron, une ville palestinienne de 200 000 habitants où vivent un millier de colons israéliens.

Une vague de violences sévit en Israël, en Cisjordanie et près de la bande de Gaza depuis le début du mois d'octobre. En tout, 28 Israéliens et deux Américains sont morts dans des attaques menées par des Palestiniens. L'armée israélienne a également tué au moins 190 Palestiniens et 129 d'entre eux ont été présentés comme les auteurs d'agressions.

Israël-Palestiniens, les racines d'un conflit. Consultez notre dossier.

Plus d'articles

Commentaires