Retour

« Je suis visé par une enquête »… - Donald Trump

Dans un de ces tweets matinaux intempestifs dont il a le secret, le président américain semble admettre, pour la première fois, qu'il fait bel et bien l'objet d'une enquête pour avoir démis de ses fonctions l'ex-directeur du FBI James Comey.

« Je suis visé par une enquête pour avoir renvoyé le directeur du FBI, par le même homme qui m’avait dit de le renvoyer! » a-t-il ironisé. « Chasse aux sorcières ».

Ce n’est cependant pas clair s’il fonde cette affirmation sur une connaissance directe des faits ou s'il ne fait que commenter ce que publient les médias.

Quant à l’homme qui lui aurait conseillé de mettre Comey à la porte, il pourrait s’agir du procureur général adjoint Rod Rosenstein. Ce dernier avait exprimé des inquiétudes concernant M. Comey dans une note remise à M. Trump, et le président avait évoqué cette note lors de son congédiement..

Brutalement limogé par le président Trump le 9 mai dernier, James Comey avait déclaré devant le Comité de Renseignement du Sénat, le 8 juin dernier, qu’il n’avait « aucun doute » que les Russes avaient interféré dans la campagne présidentielle et « étaient derrière » les intrusions visant le Comité national démocrate et les fuites subséquentes dans les médias.

L'enquête sur l'interférence alléguée de la Russie dans cette campagne est menée par le procureur spécial Robert S. Mueller. Ce tweet pourrait indiquer que M. Mueller aurait commencé à tenter d'établir si oui ou non le renvoi de M. Comey pourait constituer, de la part du président, une tentative d'obstruction à une enquête.

Le New York Times rapporte par ailleurs que l’équipe de transition de Donald Trump a reçu l’ordre de conserver toute information relative à l'enquête en cours sur l’ingérence présumée de la Russie dans la campagne présidentielle américaine de 2016.

Les anciens membres de l'équipe « ont le devoir de conserver tout enregistrement physique ou électronique qui pourrait être lié d'une manière ou d'une autre aux investigations en cours », indique cette note de service.

Cette directive témoigne de la volonté de M. Mueller de ratisser large dans son enquête sur les soupçons de collusion entre Moscou et l’équipe de campagne de M. Trump.

Lancée le mois dernier, l’enquête de M. Mueller s’ajoute à d’autres investigations menées par plusieurs commissions du Congrès. Depuis ce temps, l’affaire russe revient hanter le président Trump avec de nouveaux rebondissements pratiquement quotidiennement.

« Après 7 mois d'investigations et d'auditions parlementaires à propos de ma "collusion avec les Russes", personne n'a été capable d'apporter la moindre preuve. Déplorable! », a soutenu le président Trump sur Twitter vendredi, après avoir évoqué, la veille, une « collusion bidon ».

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine