Retour

Journaliste suédoise disparue : l'inventeur du sous-marin passe aux aveux

La journaliste suédoise portée disparue le 11 août est bel et bien morte à bord du sous-marin de son inventeur danois, ont révélé les autorités lundi. Le créateur du submersible, Peter Madsen, avait d'abord affirmé n'avoir rien à voir avec la disparition de Kim Wall.

Madsen a finalement avoué devant la cour que la journaliste était morte lors d’un accident sur l’embarcation et qu’il avait ensuite jeté son corps à la mer.

L'homme de 46 ans a été accusé d’homicide involontaire par négligence.

Le corps de la victime n’a toujours pas été retrouvé. Il pourrait se trouver à une cinquantaine de kilomètres au sud de Copenhague. Des recherches sont toujours en cours.

Des révélations trompeuses

La journaliste Kim Wall était montée à bord du sous-marin artisanal de Peter Madsen le 10 août avec l’intention de faire un reportage sur l'inventeur.

Lors de son inauguration, il y a neuf ans, le « UC3 Nautilus » était le plus grand submersible artisanal au monde.

Le soir du 10 août, l’embarcation avait disparu dans le détroit d’Öresund, entre le Danemark et la Suède. Les autorités avaient pu secourir Peter Madsen, mais n’avaient pas trouvé Kim Wall.

Interrogé, Peter Madsen avait assuré qu’il avait conduit Kim Wall jusqu’à la terre ferme le 10 août en soirée et ne l’avait plus revue depuis.

Le sous-marin, lui, aurait été retrouvé le lendemain, mais aucune trace de la journaliste.

Selon la police danoise, l’appareil a été « délibérément coulé ».

La journaliste indépendante de 30 ans était décrite par ses amis comme « invincible », « ambitieuse » et « voyant toujours quelque chose de bon chez une personne », selon les médias suédois.

Diplômée de l’École supérieure de journalisme de Columbia, elle a notamment signé des articles pour The Guardian et le New York Times.

Les membres de la famille de Kim Wall ont indiqué à l'Associated Press que la jeune femme était habituée à travailler dans des situations dangereuses, mais ils trouvent plutôt inimaginable que « quelque chose arrive à quelques kilomètres seulement de la maison de son enfance ».

Plus d'articles

Commentaires