Retour

Julian Assange enfermé depuis 4 ans dans une ambassade de Londres

Le cofondateur de WikiLeaks, Julian Assange, entame ce dimanche sa cinquième année d'asile politique à l'intérieur de l'ambassade de l'Équateur à Londres. Plusieurs manifestations et événements ont lieu dimanche en soutien au cybermilitant.

Il y a quatre ans, jour pour jour, Julian Assange obtenait l'asile de l'Équateur et s'installait dans une petite chambre de son ambassade londonienne, évitant ainsi son extradition vers la Suède où il est accusé de viol.

Mais la principale accusation qui pèse sur lui vient des États-Unis. Il y est accusé d'avoir publié sur le site WikiLeaks des milliers de documents secrets sur les guerres en Irak et en Afghanistan, ainsi que des communications diplomatiques.

S'il mettait un pied dehors, l'Australien serait d'abord arrêté et extradé vers la Suède, puis extradé vers les États-Unis pour faire face à la justice américaine, craint-il. Jusque-là, ses tentatives devant la justice britannique pour échapper au mandat d'arrêt européen n'ont rien donné.

Plusieurs personnalités ont tenu à lui apporter leur soutien comme l'ancien ministre grec des Finances, Yanis Varoufakis, la chanteuse Patti Smith, le chercheur Noam Chomsky et les réalisateurs Michael Moore et Ken Loach.

Le récipiendaire de la Palme d'or du Festival de Cannes, Ken Loach, dénonce le système de justice britannique qu'il juge « manipulé pour avoir détenu un homme courageux dans l'isolement »

En février, un comité de l'ONU avait jugé que la Suède et la Grande-Bretagne enfreignaient les droits fondamentaux de Julian Assange.

Ces lanceurs d'alerte, traîtres ou héros?

Plus d'articles

Commentaires