Retour

Justin Trudeau condamne l'attaque contre des gardes de l'ambassade du Canada en Afghanistan

Le premier ministre Justin Trudeau a condamné l'attaque à la bombe ayant causé la mort de 14 gardes de sécurité népalais, qui se rendaient à Kaboul, en Afghanistan, pour protéger l'ambassade du Canada.

Dans un message publié sur Twitter, Justin Trudeau a qualifié l'attaque de « consternante et lâche ».

Le ministre des Affaires étrangères, Stéphane Dion, a aussi dénoncé l'assaut.

« Bon nombre des victimes faisaient partie de l'équipe de notre ambassade depuis des années, et on se souviendra d'elles pour le service de protection qu'elles assuraient au personnel de l'ambassade du Canada en Afghanistan », a-t-il dit.

Selon le ministère afghan de l'Intérieur, 14 Népalais ont été tués, tandis que 9 personnes, soit 5 sous-traitants népalais et 4 civils afghans, ont été blessées quand un kamikaze a attaqué leur minibus.

Un officiel canadien a confirmé à CBC que les sous-traitants se rendaient à l'ambassade du Canada à Kaboul, située à sept kilomètres du lieu de l'attaque. Tout le personnel de l'ambassade est sain et sauf, a-t-il précisé.

Selon le chef de la police de Kaboul, Abdul Rahman Rahimi, le kamikaze attendait près du complexe où logeaient les employés de la sécurité et a agi alors que le véhicule s'engageait dans le trafic vers 6 h, heure locale.

Attentat revendiqué

Le porte-parole taliban Zabihullah Mujahid a revendiqué cette attaque « contre les forces d'agression » dans une déclaration transmise aux médias.

Les gardes népalais présents à Kaboul sont généralement employés par l'ambassade américaine. L'attaque de lundi est la première à survenir depuis l'annonce, la semaine dernière, du renforcement de l'engagement américain contre les talibans.

Au Népal, le gouvernement a été informé de l'incident et tente d'identifier les victimes, en plus de valider les renseignements sur l'attaque, a mentionné un porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Bharat Raj Paudyal.

Quelques heures après l'attentat à Kaboul, une bombe attachée à une moto dans un marché de la province du Badakhshan a tué au moins 8 civils et en a blessé 18 autres, un bilan qui pourrait s'alourdir, a affirmé le gouvernement provincial.

Cet attentat est aussi revendiqué par les talibans, en riposte à l'exécution de six prisonniers talibans.

Depuis quelques mois, les talibans ne cessent de gagner du terrain, principalement dans le sud et l'est du pays, mais aussi dans les provinces du nord. Ils réclament le départ de toutes les troupes étrangères d'Afghanistan.

L'opération de l'OTAN « Resolute Support » compte encore près de 10 000 hommes dans le pays, dont 5500 Américains, qui interviennent principalement comme conseillers et formateurs.

Les attaques de lundi font suite à un autre attentat-suicide commis en mai contre un minibus qui transportait des employés du ministère afghan de la Justice. Il survient aussi dans la foulée d'un assaut lancé contre un tribunal à Ghazni le 1er juin.

Plus d'articles

Commentaires