Retour

Kenya : au moins 11 morts après une confirmation indépendante du scrutin

Des violences postélectorales ont fait au moins 11 morts au Kenya après la proclamation de la réélection du président sortant Uhuru Kenyatta, confirmée samedi matin par un groupe d'observateurs indépendants.

Des manifestations se sont formées dans la ville de Kisumu, fief de l'opposition dans l'ouest du pays, ainsi que dans certains quartiers défavorisés de la capitale Nairobi, précisent des responsables kényans et des témoins.

Les corps de neuf jeunes gens, tués par balles au cours de la nuit dans le quartier de Mathare, bastion de l'opposant Raila Odinga, ont été transférés à la morgue de Nairobi, a indiqué un responsable des services de sécurité.

Ces personnes sont mortes lors d'opérations de la police contre des actes de pillage, a-t-il ajouté.

Selon un témoin, une jeune fille a été tuée par une balle perdue à Mathare lors de tirs sporadiques des forces de police qui intervenaient contre des manifestants.

« La fille a été touchée par une balle perdue alors qu'elle était à son balcon et que la police tirait des coups de feu sporadiques », a dit ce témoin.

Selon une source gouvernementale, les violences ont fait un autre mort, un homme tué dans le district de Kisumu, foyer des graves violences postélectorales de 2007 qui avaient fait 1200 morts et 600 000 déplacés.

À l'hôpital central de Kisumu, quatre personnes touchées par balles ont été admises dans la nuit de vendredi à samedi et six autres ont été battues par des policiers. Samedi matin, de nouveaux coups de feu ont été entendus à proximité de l'hôpital.

À Nairobi, la télévision kényane a filmé l'intervention d'unités de police, aidées par des canons à eau, dans les rues de Kibera, un autre bidonville favorable à Odinga.

Les incidents ont éclaté dès la proclamation de la réélection de Kenyatta, tard vendredi soir, par la commission électorale. Le président sortant a été crédité de 54,27 % des suffrages exprimés mardi, contre 44,74 % au chef de file de l'opposition.

Kenyatta a appelé le peuple kényan à l'unité nationale et à la paix pour la période postélectorale.

L'opposition, qui a dénoncé une « farce » électorale, a contesté le déroulement du scrutin dans les heures ayant suivi la fermeture des bureaux de vote, Odinga affirmant que le système informatique de la commission avait été piraté.

Le Groupe d'observation des élections (Elog), dont 6000 observateurs indépendants ont surveillé le déroulement du scrutin, a annoncé samedi matin que son propre décompte était conforme aux résultats proclamés par la commission électorale.

Selon l'Elog, Kenyatta l'emporte avec 54 % des voix.

« Nous n'avons rien vu qui ait été délibérément manipulé », a déclaré lors d'une conférence de presse la présidente du comité directeur de l'Elog, Regina Opondo.

Plus d'articles

Commentaires