Retour

L'abattage de rennes menace les Nénets de Sibérie

Les Nénets, des nomades du Grand Nord de la Russie, voient leur culture menacée par une campagne d'abattage de dizaines de milliers de rennes.

Des scientifiques vont même jusqu'à dire qu'il faut abattre 250 000 de ces animaux qu'ils ont domestiqués depuis des millénaires, afin d'éviter des épidémies. Mais des éleveurs de rennes craignent plutôt qu'on veuille laisser plus de place à l'exploitation gazière en plein boom dans cette région.

Au loin, le troupeau de rennes est rassemblé et ramené au campement avec l’aide des chiens. Nous sommes chez les Nénets, un peuple nomade qui s’est installé ici, il y a des millénaires. Chaque propriétaire de troupeau accompagne ses bêtes sur des centaines de kilomètres, tous les ans, pour que les rennes puissent brouter le lichen dans ce paysage de toundra.

Deux frères, Victor et Constantin Laptander, ont réuni leurs troupeaux autour de leurs familles. Les bêtes sont rassemblées pour les compter, vérifier leur état de santé et même choisir celle qui sera le prochain repas.

Les rennes sont toute leur vie. Les peaux servent à faire leurs vêtements, leurs tentes – les lassos sont aussi souvent faits de tendons – et les rennes sont même un moyen de transport. Ces jours-ci, les Nénets sont très inquiets. Ils ont appris que des centaines de milliers de rennes pourraient être abattus. Il y en a 700 000 en tout dans la région.

Victor Laptander, comme bien d’autres éleveurs de rennes, veut avoir son mot à dire dans tout ça. « Il faut qu’on respecte notre opinion. Il faut que chacun puisse garder le nombre nécessaire de rennes pour survivre, et un peu plus. Les rennes, c’est notre survie. »

On se sent bien loin de la capitale de Iamalo-Nénétsie.

À Salekhard, une ville de 40 000 habitants juste au nord du cercle polaire, le soleil, paresseux, ne fait que frôler l’horizon. Ce sera bientôt la nuit totale pendant plusieurs semaines. C’est une ville prospère, avec ses édifices modernes, qui profite du boom économique créé par l’exploitation du gaz depuis une quinzaine d’années.

Devant le tout Salekhard, le gouverneur du district, Dimitri Kobilkine, a récemment dressé le bilan de l’année. Il se félicite que le gaz de la région soit maintenant exporté dans 36 pays. Nous lui avons demandé s’il faut vraiment abattre jusqu’à 250 000 rennes.

Il faut abattre un grand nombre de rennes, selon ce que nous recommandent les scientifiques. Ils nous disent que le sol fragile ne peut pas suffire à nourrir autant de rennes.

Le gouverneur Dimitri Kobilkine

« Mais il ne faut pas oublier que pour bien des gens, les rennes sont tout ce qu’ils ont, il faut être prudent », répond-il. On a commencé l’abattage et on va l’intensifier.

À Salekhard, dans la petite usine de transformation, qui s’appelle « Les Rennes de Iamal », on a accéléré le tempo et on cherche de nouveaux débouchés pour exporter cette viande très prisée - la viande de choix dans cette partie du monde.

« Cette viande est bourrée de vitamines, de protéines nécessaires à la survie de la population, d’autant plus que les sources de vitamines sont rares ici, explique Alexandre Lisantchi, qui dirige l’usine. Les rennes ne mangent que du lichen, c’est de la viande pure sans antibiotique. » Mais l’ampleur du projet d’abattage a soulevé beaucoup d’inquiétudes.

Le président de l’association des minorités ethniques, Edouard Yaougad, veut rassurer les éleveurs de rennes. « Nous nous préparons à jouer le rôle d’intermédiaire entre l’administration et les éleveurs, précise-t-il. Nous allons aller les visiter, en décembre, dans leurs tentes et leur expliquer qu’il faut bien calculer le nombre de bêtes à abattre dans chaque troupeau. »

Tout un défi à relever. Pour rejoindre les Nénets éleveurs de rennes, chez eux, il faut utiliser des véhicules spéciaux qui peuvent circuler dans la toundra, loin, hors des routes. Et il y a des dizaines de milliers de Nénets sur ce territoire. Puis, les éleveurs de rennes sont aussi méfiants. Ils ont déjà perdu des dizaines de milliers de bêtes à cause du réchauffement climatique.

Une étude scientifique récente nous apprenait qu’en 2006 et 2013, 81 000 rennes étaient morts de faim dans le nord de la Russie. Le temps avait été exceptionnellement doux. Les pluies sont arrivées et ont recouvert le sol d’une épaisse couche de glace, empêchant les bêtes de se nourrir. Et la même situation risque de se reproduire encore cette année.

Et puis, l’été dernier, la région a été frappée par une épidémie d’anthrax qui avait tué 2500 rennes. Un jeune garçon est mort aussi. L’épidémie aurait été causée par le temps très chaud, qui a provoqué le dégel d’une carcasse de renne porteur de la maladie.

Pour l’ethnologue Olga Murashko, qui étudie les Nénets depuis des décennies, il n’y a pas trop de rennes. Il y en avait autant dans les années 70, selon elle.

« En fait, il y a moins de place pour les rennes, parce que les producteurs de gaz et de pétrole prennent plus de place, explique-t-elle. Regardez les projets de constructions de routes, de chemins de fer, de ports, d’exploitation de gisements. On voit clairement que c’est sur la route des rennes. »

Victor Laptander sent déjà que ses déplacements sont de plus en plus limités. « Si leurs gisements sont près de l’endroit où je monte ma tente, c’est évident qu’ils veulent me chasser », déplore-t-il.

Menacés par le réchauffement climatique et l’exploitation du gaz et du pétrole, les Nénets craignent-ils pour leur survie? Victor Laptander fait preuve d’un optimisme relatif. « L’important, dit-il, c’est de protéger l’environnement, parce que notre culture, on va la garder. Mais j’ai peur qu’on en vienne à ruiner la nature. Tant que les rennes resteront en vie, notre culture survivra. »

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une crampe musculaire vraiment intense





Rabais de la semaine