Près de 47 millions d'électeurs français sont convoqués le 23 avril et le 7 mai pour choisir leur président. Vous n'avez pas suivi la campagne ou ne connaissez pas le mode de fonctionnement du scrutin? Voici comment ça se passe.

Qui sont les candidats?Les électeurs devront choisir entre 11 candidats. Quatre d’entre eux se démarquent dans les sondages. À l’extrême droite, Marine Le Pen, du Front national. À droite, François Fillon, pour les Républicains. À l’extrême gauche, Jean-Luc Mélenchon, pour La France insoumise. Et au centre, Emmanuel Macron, du mouvement En marche.À quelques heures du premier tour, les sondages sont très serrés entre ces quatre candidats. Le 21 avril, le site de BFMTV, qui compile les résultats des sondages, donnait 24 % des intentions de vote à Macron, 21,8 % à Le Pen, 19,5 % à Fillon, et 19,3 % à Mélenchon.Avec des résultats aussi rapprochés, il est impossible pour les sondeurs de prédire quel duo se rendra au deuxième tour du 7 mai.

Quel est le mode de scrutin?

Le président français est élu au suffrage universel direct par un scrutin uninominal majoritaire à deux tours. Pour être élu au premier tour, un candidat doit obtenir la majorité absolue des suffrages (50 % + 1). Cela n’est jamais arrivé jusqu’ici. Le deuxième tour se déroule le deuxième dimanche suivant le premier scrutin. S’y opposent les deux candidats qui ont terminé premier et deuxième au premier tour. Le gagnant est celui qui obtient la majorité des votes.Ce mode de scrutin a été implanté à la suite du référendum de 1962 organisé par Charles de Gaulle.

Avant cela, le président n’était pas élu au suffrage universel direct. Il était choisi par un collège électoral composé de 80 000 personnes. Ce collège regroupait des députés, des sénateurs, des conseillers généraux, des membres des assemblées des territoires d’outre-mer et des représentants élus des conseils municipaux.La première présidentielle au suffrage universel direct a eu lieu en 1965, et c’est le général de Gaulle qui l'a remportée.

Comment votent les Français à l’étranger?Pour ce scrutin, près de 1,3 million de Français expatriés se sont inscrits sur les listes électorales consulaires. Ils forment un peu plus de 2 % de l’électorat. La participation des expatriés au scrutin est généralement beaucoup moins élevée que celle des habitants de l’Hexagone. En 2012, 42 % des électeurs à l’étranger ont voté au second tour de la présidentielle.De façon globale, les Français à l’étranger votent plutôt à droite. À la présidentielle de 2012, le républicain Nicolas Sarkozy a récolté 53 % des voix chez les expatriés, contre 46 % pour son rival socialiste François Hollande.

Quand les résultats seront-ils connus?Les bureaux de vote ouvrent à 8 h et ferment à 19 h, soit une heure plus tard que lors des scrutins précédents. Dans les grandes villes, il sera possible de voter jusqu’à 20 h. Les Français vivant dans certaines collectivités d'outre-mer et sur le continent américain pourront voter la veille des deux tours, soit le 22 avril et le 6 mai.Les résultats officiels de l’élection seront publiés le 26 avril, après vérification par le Conseil constitutionnel. Le processus est le même pour le deuxième tour.Cela dit, dès la fermeture des bureaux de vote à 20 h dimanche, les médias publieront les premières estimations fournies par les maisons de sondage. On devrait connaître le nom du nouveau président dans la nuit de dimanche à lundi, à l'issue du deuxième tour. Grâce au décalage horaire, les Canadiens seront informés des résultats de la présidentielle à partir de 14 h (heure locale) dimanche.Quand le président entre-t-il en fonction?Le huitième président de la Cinquième République sera investi au plus tard le 14 mai, jour de la fin du mandat de François Hollande.Il dirigera le pays pendant cinq ans, et aura le droit de se présenter à la présidence pour un deuxième mandat consécutif.

Quelques semaines après la présidentielle, les Français sont encore appelés aux urnes, cette fois pour choisir leurs députés. Les législatives ont lieu les 11 et 18 juin. Ces élections sont cruciales pour le président nouvellement élu. Il a besoin d’obtenir la majorité à l’Assemblée nationale (au moins 289 députés sur 577) pour pouvoir faire voter les lois.

Le premier ministre est généralement nommé en fonction de la majorité à l’Assemblée. En principe, le président désigne le premier ministre. Dans les faits, si le président n’a pas la majorité parlementaire, les choses se passent différemment. Il doit alors nommer la personne reconnue par la majorité en Chambre. C’est ce qui est arrivé avec les nominations de Jacques Chirac en 1986, d’Édouard Balladur en 1993 et de Lionel Jospin en 1997.

Plus d'articles

Commentaires