Retour

L'administration Trump confirme qu'elle annule le programme des « Dreamers »

Le secrétaire à la Justice des États-Unis a confirmé mardi que l'administation Trump met fin à la protection que son prédécesseur Barack Obama a accordée aux « Dreamers », ces clandestins qui sont arrivés avec leurs parents alors qu'ils n'étaient que des enfants.

Selon Jeff Sessions, l'ex-président Obama a outrepassé son pouvoir exécutif en décidant de mettre sur pied le programme Deferred Action for Childhood Arrivals (DACA), qui a permis à environ 800 000 personnes de sortir de la clandestinité afin de travailler ou d’étudier légalement aux États-Unis depuis 2012.

En agissant de la sorte, a-t-il dit, M. Obama, il s'est substitué au Congrès, qui détient le pouvoir législatif d'agir dans ce domaine. Il revient donc au Congrès, dont les deux chambres sont actuellement dominées par les républicains, de se pencher sur une solution législative dans ce dossier.

Il est toutefois loin d’être certain que le Congrès y parvienne. Les députés et sénateurs du Parti démocrate sont opposés à la fin du programme DACA et leurs collègues républicains ont toujours été divisés à ce sujet. À défaut d'une solution, les bénéficiaires du programme se retrouvent donc à risque d'être déportés.

Leur incapacité à trouver une solution au programme d’assurance maladie Obamacare a récemment mis ces difficultés en évidence.

La décision de l’administration Trump constitue une réponse à un ultimatum lancé par 10 États américains, qui ont menacé de contester la légalité du programme devant les tribunaux si le président ne mettait pas un terme au programme d’ici le 5 septembre.

Selon Jeff Sessions, le département de la Justice en est venu à la conclusion que le programme DACA ne peut tout simplement pas être défendu devant les tribunaux.

Ces 10 États - Alabama, Arkansas, Caroline du Sud, Idaho, Kansas, Louisiane, Nebraska, South Carolina, Tennessee, Texas et Virginie-Occidentale – ont été remportés par M. Trump lors de la dernière présidentielle.

Le président de la Chambre des représentants, le républicain Paul Ryan, avait indiqué vendredi dernier qu’il souhaitait que le président Trump laisse le programme DACA en place le temps que le Congrès se penche sur la question.

Plus de détails à venir.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine