Retour

L'ancien président brésilien Lula s'est finalement rendu à la police

L'ex-président brésilien Luiz Inacio « Lula » Da Silva s'est finalement rendu à la police, après une première tentative infructueuse bloquée par des partisans qui s'étaient placés devant le véhicule de l'ancien chef d'État.

Lula était entouré de centaines de partisans indéfectibles, y compris des dirigeants de son Parti des travailleurs, des syndicalistes et des militants, dans une banlieue industrielle de Sao Paulo où sa carrière politique a débuté.

Il a ensuite été emmené par la police vers une prison de Curutiba, dans le sud du pays, pour y purger une peine de 12 ans de détention.

Plus tôt dans la journée, l'ancien président, visé par un mandat de dépôt l'enjoignant à se rendre à la police dans le cadre de sa condamnation pour corruption, avait annoncé qu'il accepterait d'être écroué.

« Je ne suis pas au-dessus des lois », a-t-il dit à ses partisans, réunis au siège du syndicat des métallurgistes, près de Sao Paulo, le berceau de sa carrière politique.

Mais l'ex-chef de l'État, condamné à douze ans de prison, a contesté les faits qui lui sont reprochés et a dit vouloir prouver que son procès est un « crime politique ».

Il a estimé que s'il ne pouvait se présenter à l'élection présidentielle d'octobre prochain, alors le « coup d'État » contre Dilma Rousseff, qui lui avait succédé à la présidence avant d'être destituée, aura été mené à son terme.

Lula a également indiqué que plus on l'attaquait, plus ses liens avec le peuple brésilien grandissaient.

Quelques heures plus tôt, la Cour suprême brésilienne avait rejeté une nouvelle requête déposée par ses avocats qui demandaient la suspension du mandat de dépôt.

L'ex-président, au pouvoir de 2003 à 2011, a été condamné à douze ans de prison pour corruption pour avoir accepté des pots-de-vin de la firme d'ingénierie OAS en échange de son aide pour obtenir des contrats avec l'entreprise pétrolière publique Petroleo Brasileiro. Un juge fédéral lui avait donné jusqu'à vendredi soir pour se présenter de lui-même à la police et se constituer prisonnier afin de commencer à purger sa peine.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Une maman bouledogue amuse son petit





Rabais de la semaine