Retour

L'armée nigériane dit avoir libéré 1800 otages de Boko Haram

La traque de Boko Haram semble porter fruit, à en croire l'armée nigériane qui annonce la libération, la semaine dernière, de 1880 civils que le groupe terroriste détenait dans la forêt de Sambisa, dans le nord-est du pays.

En outre, plus de 500 combattants du bastion du groupe islamiste ont été capturés, d’après le général Leo Irabor, qui ajoute que 19 insurgés se sont rendus.

Entre les 14 et 21 décembre, un total de 564 terroristes de Boko Haram ont été arrêtés et 19 autres se sont rendus à nos soldats. Sept suspects d'enlèvement et 37 étrangers ont également été arrêtés.

Le général Leo Irabor

Boko Haram est l’auteur de plusieurs attentats et enlèvements au Nigeria, dont le rapt de plus de 200 lycéennes de la ville de Chibok en avril 2014.

Plus de 200 000 personnes sont mortes du fait de la violence exercée par ce groupe terroriste ou dans les opérations de répression des forces de l’ordre.

L'armée nigériane prétend avoir vaincu « techniquement » Boko Haram, après lui avoir repris de larges pans de territoires dans le nord-est du pays. Cela n’a pas empêché l’organisation extrémiste de poursuivre ses attaques, en faisant appel notamment à des femmes kamikazes.

Terreur et famine

Des régions au nord du pays, libérées de l’emprise terroriste, demeurent toutefois en proie à une famine inquiétante qui fait de nombreuses victimes parmi les plus petits notamment.

Sur 400 000 enfants qui sont actuellement affamés dans la région, 70 000 sont en danger de mort. Les enfants de moins de 5 ans sont presque tous morts de faim dans certains villages.

Le phénomène semble être accentué par une désertification rampante. Le Nigeria est pourtant un pays riche, premier producteur de pétrole et deuxième puissance économique en Afrique.

Avec les informations de Sophie Langlois

Plus d'articles

Commentaires