Retour

L'attaque contre un marché de Noël à Berlin était bel et bien un attentat

Le carnage provoqué par un camion dans un marché de Noël, à Berlin, était un attentat, a confirmé mardi le ministère de l'Intérieur allemand, qui refuse, pour l'instant, de se prononcer sur les motivations ou le mobile de l'assaillant.

Selon la police berlinoise, l’attaque, survenue lundi soir, a fait au moins 12 morts et une quarantaine de blessés.

Mardi en milieu de matinée, la chancelière allemande Angela Merkel a elle aussi accrédité la thèse d’un attentat, promettant de punir ce crime « aussi durement que le permet la loi ».

« Nous ne voulons pas vivre avec la peur que le mal nous paralyse » a poursuivi la chancelière, ajoutant qu’il serait « particulièrement répugnant » que le geste ait été commis par une personne ayant bénéficié du droit d’asile en tant que réfugié.

Je sais que cela serait, pour nous, particulièrement difficile à supporter s'il se confirme que cet acte a été commis par une personne qui a demandé à l'Allemagne protection et asile.

Angela Merkel

« J'ai juste vu ce gigantesque camion noir qui a foncé à travers le marché et renversé tellement de gens, puis toutes les lumières se sont éteintes et tout était détruit », a raconté une touriste australienne, Trisha O'Neill. Il y avait « du sang et des corps partout », y compris des corps d'enfants et de personnes âgées, a-t-elle ajouté.

« On voyait des gens transportés dans des ambulances, encore et encore, et ça semblait ne jamais devoir finir », a confié une autre touriste, Sabrina Glinz, à la chaîne britannique Sky News.

Les drapeaux des bâtiments publics ont été mis en berne et une cérémonie du souvenir doit se tenir à aujourd’hui à la cathédrale Saint-Hedwige, dans le centre de la ville e Berlin.

Un suspect entre les mains des autorités

Un suspect, qui pourrait être le chauffeur du camion, a été arrêté à proximité de la scène de crime. Les autorités ont également découvert le corps d'un autre homme, identifié comme étant d'origine polonaise, dans la cabine du poids lourd. Ce dernier a été tué par balle.

Selon des médias allemands, l'homme arrêté serait un Pakistanais de 23 ans qui aurait suivi la route des Balkans pour arriver en Allemagne à titre de demandeur d’asile, en février dernier. L'homme, qui clame son innocence, était connu des milieux policiers pour des délits mineurs.

Le camion, immatriculé en Pologne, était chargé d'acier et devait effectuer une livraison en Allemagne, mais la compagnie mère avait perdu le contact avec son chauffeur en fin d'après-midi, lundi.

Selon des rumeurs de plus en plus persistantes, le camion aurait été volé. Le chauffeur légitime du camion aurait été assassiné par le voleur et c'est ce dernier qui aurait manoeuvré le véhicule dans l'intention de commettre l'attaque.

L’enquête a été confiée à la division antiterroriste de la police de Berlin qui a mené des perquisitions dans l’un des grands centres de réfugiés de la capitale allemande et dans l’ancien aéroport de Tempelhof où le suspect pourrait y avoir séjourné.

La droite populiste critique Merkel

Les critiques de la généreuse politique d’immigration de la chancelière Angela Merkel ont tôt fait de se faire entendre.

« Ce sont les morts de Merkel! », a dénoncé sur son compte Twitter l'un des responsables du parti de droite populiste Alternative pour l'Allemagne (AfD), Marcus Pretzell.

« L'Allemagne n'est plus sûre » face « au terrorisme de l'islamisme radical », a renchéri la tête d’affiche de l'AfD, Frauke Petry, en montrant du doigt la décision de la chancelière d'ouvrir les portes du pays, à l'été 2015, à près de 900 000 réfugiés fuyant la guerre et la misère, originaires pour l'essentiel du monde musulman.

Quelque 300 000 migrants de plus sont arrivés en 2016.

L’attentat de Berlin rappelle celui de Nice, le jour de la fête nationale française, lorsqu’un Tunisien a foncé sur la foule de la Promenade des Anglais. L’individu avait tué 86 personnes sur sa course folle d’une distance de près de deux kilomètres. Il avait fait aussi 400 blessés avant d’être abattu par la police.

L’attaque de NIce avait été revendiquée par le groupe armé État islamique (EI).

La vie cherche à reprendre son cours

La police a d'abord appelé, lundi soir, les Berlinois à rester chez eux, mais a affirmé un peu plus tard que rien ne donnait à croire qu'il pourrait y avoir d'autres menaces pour la population.

Les marchés de Noël font partie de la tradition des Fêtes en Allemagne. Il y en a un peu partout au pays et ils sont abondamment fréquentés par les Allemands, mais également par les touristes, comme l'explique Nick Spicer, journaliste travaillant à Berlin :

« C’est un lieu où les gens vont après le travail, pour boire du vin chaud, manger une saucisse et bavarder un peu. C’est un lieu commercial, en plein centre-ville, où il y a énormément de gens, énormément de touristes aussi. On n’a aucune idée quant à l’identité des victimes. Il ne faudrait pas s’étonner de voir des étrangers dans le lot, malheureusement. »

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un drone filme la beauté de l'Australie





Concours!



Rabais de la semaine