Retour

L'économie chinoise ne carbure plus au charbon

Perdu au milieu d'une file interminable, Wang Wei lève les yeux au ciel en signe de désespoir. Le camionneur attend depuis 16 heures à l'extérieur de la mine de charbon de Jincheng, dans le centre de la Chine, pour obtenir son premier chargement de la journée. Une situation insoutenable pour le père de famille de 32 ans, puisqu'une vingtaine de ses collègues se trouvent toujours devant lui.

Un texte d'Yvan Côté correspondant à Pékin

« L'industrie du charbon est en déclin, confie-t-il avec regret. C'est affreux! J'ai acheté mon camion il y a un mois et depuis j'arrive à peine à rembourser mes dettes. »

Wang habite un petit village situé à deux heures de route de Jincheng. Comme bien d'autres camionneurs, il ne retourne plus à la maison le soir pour s'assurer d'avoir une place lorsque le jour se lève. Un sacrifice qui pèse de plus en plus lourd sur ses épaules. Il a payé son camion 25 000 $. Chaque chargement lui rapporte en ce moment 150 $.

« Certains de mes amis ont décidé de carrément stationner leur camion en attendant que les choses s'améliorent, explique-t-il. Les profits ne sont plus au rendez-vous dans les mines. »

Il s'agit d'une des périodes les plus noires pour la province du Shanxi et d'un autre symptôme du ralentissement économique en Chine. Le gouvernement communiste a annoncé mi-janvier que la croissance en 2015 avait été de 6,9 %, la plus basse en un quart de siècle.

Ce pourcentage est toutefois remis en question par plusieurs analystes internationaux qui croient que la situation pourrait être encore pire dans le pays. Entre autres, en raison des stocks de charbon, de fer et de pétrole qui s'accumulent depuis un an. Les importations de charbon, à titre d'exemple, ont diminué de 30 % en 2015.

Un marché tout aussi morose en 2016

« Ne vous attendez pas à ce que la situation s'améliore en 2016, indique Helen Lau, une analyste d'Argonaute Securities à Hong Kong. La demande pour les énergies comme le charbon va continuer de s'effondrer, tandis que la Chine produit de moins en moins de biens. Il faut aussi ajouter que le gouvernement communiste délaisse le charbon pour des énergies vertes pour réduire ses émissions de CO2. »

En fait, la demande pour le minerai est tellement faible que Pékin, le plus grand consommateur de charbon du monde, a annoncé qu'il allait fermer 4300 mines au cours des trois prochaines années. Ça touchera un million de travailleurs.

Ce revirement de situation transforme déjà les villes comme Jincheng. L'endroit était autrefois reconnu comme étant le royaume du charbon et l'une des villes les plus prospères pour les mineurs. Aujourd'hui, la municipalité suffoque et ses nombreux commerces s'interrogent sur leur avenir.

« Il est 19 h et comme vous le voyez, mon restaurant est vide, explique Shan Chao, le propriétaire d'un casse-croûte à proximité de la mine. Pourtant, il y a deux ans, je devais refuser des clients. »

Le ralentissement économique est tellement prononcé que les effets se font sentir partout sur la planète. La tonne de charbon se transige actuellement à 43 $ US, alors qu'il y a à peine quelques années elle en valait le triple.

« Je suis en colère contre mon gouvernement, dit Wang. Si ça continue, je vais perdre mon camion. Il faut que Pékin sauve notre industrie. »

Malheureusement pour Wang, tous les signaux indiquent que les prochains mois demeureront difficiles pour les mineurs dans le pays. La Chine produit en ce moment 20 % plus de charbon qu'elle en consomme. Du jamais vu.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine