Retour

L'EI détient quelque 3500 personnes en esclavage en Irak, selon l'ONU

Les Nations unies estiment à 3500 le nombre de personnes actuellement détenues en esclavage par des membres du groupe armé État islamique (EI), selon un rapport dévoilé mardi à Genève.

« Ceux qui sont ainsi détenus sont essentiellement des femmes et des enfants, issus en premier lieu de la communauté des yézidis, mais aussi d'autres minorités ethniques et religieuses », peut-on y lire.

Le rapport, préparé par la Mission d'assistance des Nations unies pour l'Irak (MANUI) et le Haut-Commissariat de l'ONU aux droits de l'homme, qualifie également de stupéfiantes les violences qui ravagent le pays.

Depuis moins de deux ans, plus de 18 800 civils ont perdu la vie en raison de multiples violences. On a tiré sur certains à bout portant, tandis que d'autres ont été tués en étant décapités, brûlés vifs ou jetés du haut d'immeubles.

Selon l'ONU, il s'agirait d'opposants à l'idéologie de l'EI, de personnes affiliées au gouvernement, telles que des policiers ou des combattants des forces de sécurité, des médecins, des journalistes ou des leaders religieux.

Près de 36 500 autres personnes ont également été blessées, et 3,2 millions de personnes ont été déplacées à l'intérieur du pays depuis janvier 2014, dont plus d'un million d'enfants.

Un génocide évoqué, des fosses communes découvertes

L'ONU affirme que les atteintes de l'EI aux droits de la personne et au droit humanitaire sont faites de « façon systématique et massive ».

Les opérations des forces progouvernement sont également montrées du doigt par le rapport. Selon l'ONU, les précautions pour protéger les populations civiles ne sont pas suffisantes, et certains membres de l'EI auraient été la cible d'assassinats et d'enlèvements illégaux.

Par ailleurs, le rapport fait état de la découverte de fosses communes, certaines trouvées sur le territoire contrôlé par l'EI, d'autres qui remonteraient au règne de Saddam Hussein.

L'une de ces fosses communes contiendrait les corps de 377 personnes, y compris des femmes et des enfants. Elles auraient été tuées en 1991 durant l'insurrection qui s'est organisée contre l'ancien président irakien.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine