Retour

L'élargissement des pouvoirs du président turc adopté par le Parlement

Le Parlement turc a adopté en seconde lecture une réforme constitutionnelle en vue d'élargir les pouvoirs du président Recep Tayyip Erdogan. Celle-ci doit maintenant passer par un référendum.

Le texte adopté prévoit le transfert de l'essentiel du pouvoir exécutif au président Erdogan en lui permettant de gouverner par décrets, de déclarer l'état d'urgence, de nommer les ministres et les hauts fonctionnaires, et de dissoudre le Parlement.

La réforme a été adoptée par 339 des 550 députés, soit 9 de plus que le minimum requis, et sera ensuite soumise au vote des Turcs.

La réforme constitutionnelle autorise le président à intervenir directement dans le domaine judiciaire, un milieu que le président accuse d'être sous la coupe du prédicateur Fethullah Gülen, à qui Ankara impute le coup d'État manqué du 15 juillet 2016.

Depuis, des dizaines de milliers de juges, de militaires, de policiers, de journalistes, d'universitaires et de fonctionnaires ont été arrêtés.

« Une nouvelle porte s'est entrouverte dans l'histoire turque et pour le peuple turc », s'est réjoui le ministre turc de la Justice, Bekir Bozdag. Les partisans de la réforme estiment qu'elle éloignera l'instabilité politique.

L'opposition, elle, craint plutôt la dérive autoritaire du président Erdogan.

Par ailleurs, les prochaines élections présidentielles et législatives sont fixées en 2019 avec la réforme. Si le nombre maximal de mandats était réinitialisé à ce moment, M. Erdogan pourrait rester au pouvoir jusqu'en 2029.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine