Retour

L'éruption d'un volcan fait au moins 62 morts au Guatemala

Les secours s'organisent au Guatemala, où des équipes de sauveteurs poursuivent les recherches pour retrouver des rescapés à la suite de l'éruption du volcan Fuego, qui a fait au moins 62 morts et plusieurs blessés dimanche soir. Plusieurs villages sont inatteignables en raison des cendres incandescentes et de la lave qui se sont dispersées dans une vaste zone autour du volcan.

L'éruption du volcan Fuego (le volcan de feu), haut de 3763 mètres, est survenue sans prévenir dimanche, à une trentaine de kilomètres au sud-ouest de la capitale, Guatemala City, et a entraîné la fuite de plus de 4500 personnes.

Pour l'instant, les services d'urgence n'ont pu identifier que 13 des victimes recensées.

La pluie de roches en fusion et de cendres a recouvert les villages environnants quelques heures avant que des coulées de lave commencent à s'écouler du volcan à travers les maisons et les routes.

L'aéroport international du pays a dû interrompre son service à cause des épais nuages de cendres qui s'échappent du volcan.

Des équipes de l'aéroport et de l'armée ont entrepris de déblayer les pistes pour permettre la reprise du trafic aérien et acheminer des secours dans la région, a annoncé la Direction générale de l'aviation civile.

Des villages isolés

L'éruption a coupé du monde plusieurs villages dans les communes rurales proches du volcan et projeté un immense nuage de cendres dans l'atmosphère qui a atteint la capitale ainsi que la cité coloniale d'Antigua, le plus important site touristique du pays.

« Malheureusement, le village d’El Rodeo a été englouti et nous n’avons pas été en mesure de nous rendre au village de La Libertad en raison des coulées de lave », a déclaré Sergio Cabanas, secrétaire général de la Coordination nationale pour la gestion des catastrophes (CONRED). Selon lui, le bilan des morts devrait encore s’alourdir.

Sur la route qui conduit vers les villages près du volcan, des centaines d'habitants qui ont fui la lave, les nuages de cendres et les coulées de boue en toute hâte ont témoigné de la violence de l'éruption, certains cherchant des proches qui n'ont pas eu le temps de fuir ou qui sont restés dans leur demeure quand les coulées de boue et de cendres ont envahi les rues.

Sur les chaînes de télévision locales et les réseaux sociaux, des images montrent d'énormes colonnes de cendres qui s'élèvent du volcan, des cadavres à moitié couverts par les matières brûlantes émises par le volcan.

Au total, plus de 1,7 million de personnes sont touchées à divers degrés par la catastrophe, a précisé le porte-parole de la CONRED, David de Leon.

Alerte rouge

En conférence de presse conjointe avec le porte-parole de la CONRED, le président du Guatemala, Jimmy Morales, a déclaré que l'alerte rouge avait été déclenchée dans les départements d'Escuintla (sud), de Chimaltenango (ouest) et de Sacatepequez (sud-ouest), les plus touchés par l'éruption, et que l'alerte orange était en vigueur dans tout le pays.

Des centaines de policiers, de membres de la Croix-Rouge et de militaires sont déployés pour participer aux secours, a déclaré M. Morales, qui a appelé la population au calme.

Les colonnes de cendres ont été crachées à plus de 2200 mètres au-dessus du cratère, selon l'Institut de volcanologie du Guatemala.

Les températures des nuées ardentes émanant du volcan pourraient excéder 700 degrés Celsius. Quant aux cendres, elles sont dispersées dans un rayon de plusieurs dizaines de kilomètres autour du volcan.

Un malheur ne venant jamais seul, une pluie intense qui accompagne l'éruption se mélange aux cendres volcaniques dans l'air et produit une substance qui affecte les voies respiratoires et pollue les cultures et les cours d'eau.

La dernière éruption du volcan Fuego remontait à janvier passé.

Une autre éruption avait entraîné l'évacuation de quelque 10 000 personnes en 2012.

D'autres volcans sont actifs au Guatemala, notamment le Santiaguito, dans l'ouest, et le Pacaya, à 20 kilomètres au sud de la capitale.

Plus d'articles