Retour

L'État islamique soupçonné d'utiliser des armes chimiques

Les soupçons s'accroissent quant à l'utilisation d'armes chimiques par le groupe armé État islamique (EI).

Le ministère allemand de la Défense a déclaré jeudi « avoir des indications selon lesquelles il y a eu une attaque à l'arme chimique » contre des peshmerga, les combattants kurdes irakiens, qui sont formés par des soldats allemands dans le nord de l'Irak. Plusieurs ont été « blessés avec des irritations des voies respiratoires », a fait savoir Berlin.

Un responsable américain a indiqué à l'Agence France-Presse (AFP) que les États-Unis jugent également « plausible » que l'EI ait utilisé cette semaine du gaz moutarde contre des combattants kurdes irakiens.

Une attaque au chlore?

Un haut responsable peshmerga en Irak a plutôt évoqué une attaque au chlore, lors d'un entretien avec l'AFP, sous le couvert de l'anonymat.

« Mardi dernier dans l'après-midi, les forces des peshmerga dans la zone de Makhmur à 50 km à l'ouest d'Erbil ont été attaquées par des roquettes Katioucha remplies de chlore, blessant une douzaine de combattants », a-t-il dit.

Le ministère allemand rapporte que « des spécialistes américains et irakiens sont en route pour déterminer ce qui s'est réellement passé ».

Les attaques se multiplient

Les accusations de recours aux armes chimiques par l'EI se sont multipliées ces derniers mois en Irak comme en Syrie, même si, jusqu'à présent, elles semblent sporadiques.

Le Conseil de sécurité de l'ONU a ainsi décidé le 7 août de former un groupe d'experts pour identifier « les individus, entités, groupes et gouvernements » responsables des récentes attaques.

En juillet, des attaques à l'arme chimique contre des combattants kurdes avaient été signalées dans le nord-est de la Syrie par les Unités de protection du peuple kurde et l'Observatoire syrien des droits de l'homme.

Les forces kurdes avaient alors indiqué des brûlures à la gorge, aux yeux et au nez, accompagnées de maux de tête, de douleurs musculaires, d'une perte de concentration, de problèmes de mobilité et de vomissements.

Plus tôt en mars, le gouvernement de la région autonome du Kurdistan irakien avait affirmé avoir les preuves que l'EI avait utilisé du gaz chloré contre ses forces.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Le Sagittaire: le signe le plus chanceux?





Rabais de la semaine