Retour

L'ex-général Ratko Mladic condamné à perpétuité pour génocide en Bosnie

Le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY) déclare l'ancien chef militaire des Serbes de Bosnie, Ratko Mladic, coupable de crimes contre l'humanité et de génocide. Celui qui a orchestré le massacre de Srebrenica écope de la prison à perpétuité.

L'ex-chef militaire serbe, que l’on surnommait le « boucher des Balkans », a assisté en personne à la lecture du jugement du TPIY, à La Haye, aux Pays-Bas.

Aujourd’hui âgé de 74 ans, Ratko Mladic a dirigé les milices et les forces armées de la République serbe de Bosnie de 1992 à 1995 pendant la guerre de Yougoslavie qui a fait plus de 100 000 morts et 2,2 millions de déplacés.

Il a été reconnu coupable de 10 des 11 chefs d'accusation qui pesaient contre lui, dont crime de guerre, crime contre l'humanité et génocide, pour avoir mené une politique de nettoyage ethnique impitoyable contre les populations civiles bosniaques.

Il est notamment tenu responsable du massacre de 8000 musulmans dans l'enclave de Srebrenica, en 1995.

La prison à perpétuité avait été requise contre lui par les juges le 7 décembre dernier. Ratko Mladic a été arrêté en mai 2011 par les autorités serbes au terme de plusieurs années de cavale. Il a plus tard été extradé vers les Pays-Bas pour y subir son procès devant le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie.

Plus de 300 témoins ont été entendus et plus de 10 000 éléments de preuve ont été présentés au cours du procès. L'avocat de M. Mladic a annoncé son intention de faire appel du jugement.

Expulsé de la salle d'audience

L'ex-chef militaire serbe a dû être expulsé du tribunal par la sécurité après s'être emporté contre les juges qui lisaient le jugement. Il a pu réintégrer la salle d'audience après s'être calmé et avoir subi un test de pression sanguine.

Une bousculade s'est aussi déclenchée à l'entrée de la salle d'audience où de nombreux Bosniaques étaient rassemblés pour entendre le jugement lorsqu'un jeune homme s'est présenté en brandissant un drapeau serbe, en guise d'appui à Ratko Mladic.

Ce verdict est un avertissement, selon l'ONU

Le haut-commissaire aux droits de l'homme de l'ONU, Zeid Ra'ad Al Hussein, qui appartenait à la Force de protection de l'ONU dans l'ex-Yougoslavie entre 1994 et 1996 lors du massacre de Srebrenica, a qualifié le verdict de « victoire capitale pour la justice ».

Le conseiller spécial de l’ONU en matière de prévention de génocide Adama Dieng s’est réjoui lui du verdict de culpabilité. « Aujourd’hui est un jour historique », a déclaré M. Dieng par voie de communiqué. « Le verdict prononcé par le TPIY contre Ratko Mladic envoie un message clair à l’effet qu’il n’y a d’impunité et que la justice prévaut. »

« Ce verdict rend justice à ceux qui ont souffert des crimes atroces commis par M. Mladic », a-t-il poursuivi. Rien ne peut effacer les horreurs du passé, mais ils peuvent maintenant avoir le réconfort de savoir que M. Mladic sera puni pour les crimes qu'il a commis. »

M. Dieng a ajouté que l’imputabilité judiciaire « ne concerne pas seulement le passé, mais aussi l’avenir ».

« La justice seule ne peut pas conduire à la réconciliation, mais il ne peut y avoir de véritable réconciliation sans justice », a avancé le conseiller spécial de l’ONU. « J'espère que ce verdict de même que les décisions antérieures du TPIY encourageront la région à réfléchir à ce qui s'est passé, à tirer les leçons du passé et à envisager un avenir qui tienne pleinement compte de ces leçons. »

8000 musulmans massacrés à Srebrenica

Le 11 juillet 1995, les forces serbes de Bosnie, dirigée par le général Ratko Mladic, séparent les hommes et les garçons des femmes et des enfants dans la ville de Srebrenica, en Bosnie. Les femmes et les enfants sont par la suite évacués vers les zones musulmanes alors que les hommes et les adolescents sont entraînés vers les forêts environnantes.

Plus de 8000 hommes et adolescents seront systématiquement massacrés en quelques jours et enterrés sommairement dans des fosses communes.

Depuis, plus de 6500 victimes ont été exhumées de fosses communes dispersées dans la région de Srebrenica. Plus de 2000 personnes sont toujours portées disparues.

Les mères de Srebrenica « partiellement satisfaites » du verdict

La présidente de l'association des mères des enclaves de Srebrenica et de Zepa s'est dite mercredi « partiellement satisfaite » de la condamnation à perpétuité de celui qu’on décrit encore aujourd’hui comme le « boucher des Balkans ».

« Je suis partiellement satisfaite. C'est plus que pour [Radovan] Karadzic. Mais ils ne l'ont pas reconnu coupable de l'accusation de génocide dans plusieurs villages », a déploré Munira Subasic.

Outre Srebrenica, des massacres similaires ont été commis dans de nombreux villages de Bosnie-Herzégovine, notamment à Prijedor, Zepa et Foca.

Le Tribunal pénal pour l'ex-Yougoslavie a rendu son dernier verdict

La condamnation prononcée mercredi contre Ratko Mladic marque la fin des travaux du Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie. Ce tribunal spécial avait été mis sur pied en 1993 par une résolution du Conseil de sécurité des Nations unies pour juger les dirigeants et les commanditaires des crimes de guerre commis pendant la guerre de Yougoslavie.

Désormais, tous les dossiers du TPIY seront remis aux autorités locales qui auront la responsabilité de poursuivre les procédures judiciaires contre de présumés criminels de guerre en ex-Yougoslavie.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un homme sauve un faucon d'une attaque de serpent





Rabais de la semaine