Retour

L'homme qui a assailli des militaires au Louvre est grièvement blessé

Un homme armé de deux machettes a agressé vendredi matin des militaires de l'opération Sentinelle déployés au musée du Louvre, blessant légèrement l'un d'eux, avant d'être grièvement blessé par des tirs de riposte.

Son pronostic vital est « très engagé », a indiqué le procureur de Paris, François Molins, lors d’une conférence de presse.

Les autorités privilégient la piste terroriste en raison du mode opératoire de l'assaillant, qui a attaqué les militaires aux cris d'« Allah Akbar » (Dieu est grand).

L’homme de 29 ans, dont l’identité n’a pas encore été révélée puisqu’il n’avait pas de papiers en sa possession, serait un Égyptien établi aux Émirats arabes unis.

Des perquisitions menées dans un appartement parisien qu’il a loué ont permis de trouver, entre autres, un iPad, plusieurs cartes prépayées et un passeport égyptien comportant des visas pour l'Arabie saoudite et la Turquie en 2015 et 2016.

Les investigations se poursuivront pour déterminer le parcours, mais aussi les motivations de l'auteur de l'attaque, et découvrir s'il a agi seul, spontanément, ou au contraire s'il a agi sur instruction.

François Molins, procureur de Paris.

L’agression a eu lieu vers 10 h, dans un escalier descendant vers le musée du Louvre, le plus couru au monde avec 8,6 millions de visiteurs en 2015.

D’après les autorités, les quatre militaires pris pour cible ont d’abord tenté de repousser l’assaillant, avant d’ouvrir le feu et de le blesser grièvement à l'abdomen.

Un soldat a été légèrement blessé au cuir chevelu, a précisé le ministère de la Défense. Son état ne suscite pas d'inquiétude, même s'il a reçu une interruption de travail de dix jours.

L’incident a provoqué le confinement d’au moins 1250 personnes dans le musée et le Carrousel du Louvre. L’établissement, qui a été fermé pour le reste de la journée, rouvrira samedi.

Réactions

Depuis Malte, où il est en visite, le président français a dénoncé un « acte dont le caractère terroriste ne fait guère de doute ». François Hollande a également salué « l'efficacité de l'opération Sentinelle qui protège nos compatriotes dans tous les lieux publics ».

Pour la présidente du Front national, Marine Le Pen, « cet événement confirme que le poison du terrorisme islamiste est loin d'avoir été éradiqué et que la gravité du problème n'a toujours pas été prise en compte par les responsables publics ».

L’événement a fait réagir également le président américain. « Un nouveau terroriste islamique vient d'attaquer le musée du Louvre à Paris. Des touristes ont été enfermés. La France de nouveau sur la sellette. Réfléchissez, Américains », a écrit Donald Trump sur Twitter.

Environ 3500 soldats sont déployés en Île-de-France depuis que l’état d’urgence a été déclaré dans la foulée des attentats du 13 novembre 2015 à Paris, qui ont fait 130 morts.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Ce que vous préférez à propos de l’automne selon votre signe





Rabais de la semaine