Retour

L'incendie de Londres aurait pu être évité, selon le maire

Le maire de Londres, Sadiq Khan, n'a pas mâché ses mots dimanche en qualifiant d'« accident évitable » l'incendie de la tour Grenfell, qui a fait 58 morts présumés, et en imputant la faute à différents paliers du gouvernement.

Tout juste sorti d’un service religieux tenu en hommage aux victimes, M. Khan a estimé que l'incendie a été causé par une série d'« erreurs et de négligences ». Le sinistre était « un accident évitable qui n'aurait pas dû se produire », a-t-il dit, sur les ondes de la BBC.

« Cette tragédie est la conséquence d'erreurs et de négligences de la part de responsables politiques, de la mairie [de quartier] et du gouvernement », a-t-il ajouté.

Une communauté en colère

L'incendie, dont l’origine est toujours inconnue, a ravagé dans la nuit de mardi à mercredi un immeuble de logements sociaux de l'ouest de la capitale britannique, faisant 30 morts confirmés, et 28 autres présumés, selon un bilan provisoire fourni samedi par la police.

Ce bilan très lourd a provoqué la colère des survivants et proches des victimes, qui accusent les autorités de ne pas avoir entendu les cris d'alerte concernant la sécurité du bâtiment.

De nombreux résidents ont ainsi affirmé qu'il n'y avait pas de sorties de secours, pas d'extincteurs, pas d'alarme incendie.

« Toute la vérité devra être faite »

Dans une tribune publiée dimanche dans The Observer, Sadiq Khan estime également « crucial que toute la vérité soit faite sur ce qui s'est passé, et de découvrir si des avertissements ont été ignorés ».

« Nous avons une dette envers toutes les victimes », a-t-il ajouté. « Faire en sorte que leurs familles soient correctement prises en charge, et que ça ne se reproduise plus jamais. »

Samedi, un haut responsable de la police londonienne, Stuart Cundy, a assuré que l'enquête s'intéresserait aux récents travaux de rénovation de l'immeuble, et notamment au revêtement installé sur la façade, qui aurait contribué à favoriser la propagation de l'incendie.

Lundi, le Royaume-Uni observa une minute de silence en mémoire des victimes. Ce sera la quatrième fois que le pays se recueille ainsi depuis le 22 mars dernier, soit en raison des attentats du Parlement (5 morts), de Manchester (22 morts) et de Londres (8 morts).

Plus d'articles

Commentaires