Retour

L'Inde fait scandale en bloquant l'accès à 857 sites porno

Le gouvernement de l'Inde a annoncé lundi qu'il avait ordonné de faire bloquer l'accès à des centaines de sites pornographiques jugés « répréhensibles ». La décision controversée soulève un vif débat sur les libertés individuelles dans le pays.

En tout, 857 sites pornographiques ont été bloqués ou le seront sous peu.

 « Nous avons écrit aux fournisseurs d'accès à Internet pour leur demander de couper l'accès libre et gratuit aux sites répréhensibles », a déclaré le porte-parole du ministère des Télécommunications.

La décision vise les contenus pédopornographiques, c'est-à-dire de la pornographie où des enfants sont agressés, ont expliqué les autorités, mais tous les sites ont été bannis temporairement, puisqu'il n'existe pas de système de filtrage sophistiqué.

Il est toujours possible d'accéder aux sites en utilisant des réseaux privés virtuels (VPN) ou des serveurs proxy (des serveurs intermédiaires), mais les internautes indiens qui n'ont pas de tels réseaux et qui tentent d'accéder à des sites pornographiques - hébergés en majorité sur des serveurs à l'étranger - se retrouvent maintenant devant une page blanche.

De nombreux utilisateurs ont exprimé leur colère sur les réseaux sociaux devant ce qu'ils estiment être de la censure morale. Le mot-clic #Pornban est devenu l'un des plus utilisés au pays.

La mesure du mouvement a été vivement critiquée par des politiciens, des auteurs célèbres et des éditorialistes.

Le député d'opposition Milind Deora croit que le gouvernement s'attaque aux libertés individuelles. « Qu'est-ce qu'ils vont interdire après? Les téléphones et les télés? », a-t-il lancé sur Twitter.

Ce n'est pas la première fois que le gouvernement indien est accusé de censure massive. En 2012, 300 adresses URL ont été interdites d'accès, dont des pages sur Facebook et Twitter. Le gouvernement a expliqué que ces sites envenimaient les tensions ethniques. La décision d'aujourd'hui représente toutefois le premier geste effectué par le gouvernement de Narendra Modi contre la pornographie en ligne.

Le mois dernier, la Cour suprême avait refusé d'ordonner un blocage de ces sites puisqu'elle estimait que les personnes majeures ont le droit de les consulter en privé.

Selon le site pornographique Pornhub, l'Inde est sa quatrième source la plus importante de trafic, après les États-Unis, le Royaume-Uni et le Canada.

Plus d'articles

Commentaires