Retour

L'Iran n'arrêtera « jamais » son programme de missiles, dit un général iranien

L'Iran n'arrêtera sous aucune condition son programme de développement de missiles balistiques, a déclaré le général Amir Ali Hajizadeh, commandant de la division aérospatiale des Gardiens de la révolution, cité jeudi par la télévision d'État.

« Nous sommes toujours prêts à défendre le pays contre tout agresseur, dit-il. L'Iran ne deviendra pas le Yémen, ni l'Irak, ni la Syrie. »

Les Gardiens de la révolution, unité d'élite de l'armée iranienne, ont annoncé avoir procédé mardi et mercredi à des tirs de missiles balistiques conçus, ont-ils précisé, pour pouvoir atteindre Israël.

Après les tests effectués mardi, les États-Unis ont menacé l'Iran de nouvelles sanctions.

Cité lui aussi par la télévision nationale, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Hossein Jaberi-Ansari, a déclaré que les tirs de missiles ne constituaient pas une violation de l'accord de juillet 2015 sur ses activités nucléaires.

« Le programme de missiles de l'Iran et ses essais de missiles au cours des derniers jours durant des manœuvres militaires ne sont pas contraires à ses engagements nucléaires et à l'accord nucléaire conclu avec les six grandes puissances », a-t-il dit.

Les tirs de missiles visaient, selon le général Hajizadeh, à déployer la « puissance dissuasive [de l'Iran] et sa capacité à affronter n'importe quelle menace ».

« Les missiles ont été tirés du nord de l'Iran et ont frappé des cibles dans le sud-est du pays, a-t-il précisé. Certains missiles transportaient 24 ogives et une tonne de TNT. »

Le secrétaire d'État américain John Kerry s'est entretenu mercredi avec le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif et lui a fait part de ses inquiétudes, a déclaré le département d'État.

La Maison-Blanche a fait savoir que le gouvernement américain allait déterminer quelle réponse adéquate apporter aux initiatives iraniennes.

Les États-Unis ont fait savoir qu'ils porteraient la question des essais de mardi devant le Conseil de sécurité de l'ONU, dont la résolution 2231 de juillet 2015 sur le nucléaire iranien appelle la République islamique à ne pas développer de missiles capables de transporter des têtes nucléaires.

Il y a deux mois, Washington a imposé des sanctions contre des entreprises et des personnes associées à ce programme balistique de l'Iran, après l'essai d'un engin à moyenne portée de type Emad en octobre 2015.

Plus d'articles

Commentaires