Retour

L'Iran respecte ses engagements, atteste l'Agence internationale de l'énergie atomique

L'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) affirme que l'Iran respecte ses engagements dans le cadre de l'accord nucléaire conclu avec les grandes puissances en 2015, à Vienne.

Dans son plus récent rapport, elle atteste notamment que Téhéran n'a pas enrichi d'uranium à des degrés prohibés, ni constitué de stocks illégaux d'uranium faiblement enrichi ou d'eau lourde.

L'Agence observe aussi que la République islamique n'a pas poursuivi la construction de son réacteur à eau lourde d'Arak.

Ces constats permettent de poursuivre la mise en oeuvre de l'accord, entré en vigueur en janvier 2016 et qui a donné le coup d'envoi à la levée de sanctions internationales contre l'Iran.

Encadrement du programme nucléaire iranien

L'accord intervenu à Vienne entre l'Iran et les six puissances internationales (États-Unis, Allemagne, France, Royaume-Uni, Russie et Chine) permet à la communauté internationale de s'assurer que l'Iran ne pourra pas fabriquer de bombe atomique pour la prochaine décennie.

Dans le cadre de cet accord, Téhéran s'engage à mettre en veille durant 10 ans les deux tiers de ses centrifugeuses servant à enrichir l'uranium.

L'Iran autorise également l'Agence internationale de l'énergie atomique à enquêter sur ses activités nucléaires passées, qui ont déjà été soupçonnées d'avoir une dimension militaire. En échange de l'encadrement de son programme nucléaire, Téhéran bénéficie depuis 2016 d'une levée des sanctions économiques internationales.

En avril dernier, le secrétaire d'État américain, Rex Tillerson, annonçait que le président Trump avait demandé aux agences fédérales d'examiner la levée des sanctions. L'exercice visait à déterminer si la mesure était dans l'intérêt de la sécurité nationale. Washington s’inquiète notamment du soutien de l’Iran à la Syrie.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine