Retour

L'OMS veut s'attaquer à l'épidémie d'hépatite

Le nombre de personnes qui meurent d'une hépatite est en augmentation dans le monde, et la majeure partie des 325 millions de personnes qui en sont atteintes ignorent qu'elles portent le virus.

Elles ne bénéficient pas, de ce fait, d'un traitement susceptible de leur sauver la vie, a déclaré vendredi l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Dans son premier rapport mondial sur l'épidémie, l'OMS estime qu'étant donné que des millions de porteurs du virus risquent à terme d'être atteints d'une maladie chronique du foie ou d'un cancer, il est urgent d'agir pour développer les tests de dépistage et les traitements.

L'hépatite virale a fait 1,34 million de morts dans le monde en 2015, un total comparable à celui de la tuberculose et du sida. Mais si les décès liés à ces deux maladies reculent, le nombre de patients qui meurent d'une hépatite est en hausse et a progressé de 22 % depuis l'an 2000, indique l'OMS.

« L'hépatite virale est désormais un enjeu majeur de santé publique, qui nécessite une réponse urgente », a déclaré la directrice générale de l'OMS, Margaret Chan.

Les 325 millions de cas concernent des hépatites de type B ou C, les plus courantes des cinq formes d'hépatites, qui sont responsables de 96 % des décès dus à l'hépatite.

L'hépatite B nécessite un traitement tout au long de la vie du malade. L'hépatite C peut être désormais guérie relativement vite, mais les médicaments demeurent bien trop onéreux pour un grand nombre de patients.

Le nombre de nouvelles contaminations de l'hépatite B est en recul, grâce à un vaccin qui a été administré à 84 % des bébés en 2015, ajoute l'OMS dans son rapport.

Plus d'articles

Commentaires