Retour

L’ONU met fin prématurément au règne de Wonder Woman comme ambassadrice

Le combat de Wonder Woman pour l'émancipation des femmes a été de courte durée. Deux mois après avoir nommé l'héroïne comme ambassadrice, l'ONU a annoncé que ce mandat prendrait fin vendredi.

L’ONU avait choisi Wonder Woman pour ce rôle en octobre dernier entre autres pour souligner le 75e anniversaire de l'héroïne de bande dessinée.

Ce choix controversé avait déclenché une pétition, signée par 45 000 des employés de l’organisation qui estimaient que cette fonction devait revenir à une femme véritable et moins sexualisée.

Lors de la cérémonie au siège social de l’ONU, à New York, en octobre, en présence de Lynda Carter, qui interprétait Wonder Woman dans les années 1970, et de Gal Gadot, son interprète actuelle, une cinquantaine d'employés de l’ONU avaient manifesté leur opposition en tournant le dos à la scène, certains brandissant leur poing en l'air.

L’ONU n’a pas précisé pourquoi la campagne de Wonder Woman prenait fin cette semaine, mais un de ses porte-parole a affirmé que les campagnes utilisant des personnages fictifs ne duraient pas plus de quelques mois.

Par exemple, les personnages du jeu vidéo Angry Birds ont été utilisés pour une campagne d’un jour sur le climat, a-t-il expliqué.

Un livre publié quand même

De son côté, DC Entertainment a confirmé qu’une édition spéciale d’une bande dessinée de Wonder Woman sur l’émancipation des femmes et des filles serait tout de même publiée en 2017.

Et le film Wonder Woman, mettant en vedette Gal Gadot, sortira en salle en juin 2017, mais il n’est pas relié à la campagne de l’ONU.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Toute la vérité sur la Vierge





Concours!



Rabais de la semaine