Retour

L’ONU pourrait priver la Corée du Nord de 1 G$ de revenus

Les membres du Conseil de sécurité des Nations unies vont voter samedi sur un projet de résolution privant la Corée du Nord de 1 milliard de dollars de recettes d'exportations, soit environ le tiers de ses revenus annuels de ce type.

C’est Washington qui a présenté le projet de sanction en réponse aux récents tirs de missiles de Pyongyang. Il semble que les représentants américains soient confiants de ne pas se heurter à un veto chinois ou russe. Les États-Unis sont en pourparlers avec la Chine depuis le début juillet pour s’accorder sur des sanctions à imposer à la Corée du Nord, dont Pékin est le principal soutien.

Le texte, obtenu par différentes agences de presse, accuse la Corée du Nord de se livrer à un « détournement massif de ses faibles ressources » pour développer « des armes nucléaires et plusieurs programmes coûteux de missiles balistiques ».

Il condamne les tirs de missiles « dans les termes les plus forts » et réitère les précédents appels lancés à la Corée du Nord pour qu'elle suspende ses lancements des missiles balistiques et abandonne ses programmes nucléaires « d'une manière complète, vérifiable et irréversible ».

Ce sont surtout les exportations de charbon, de poisson et des fruits de mer qui sont ciblées par la résolution, qui a pour objectif de forcer Pyongyang à s'ouvrir au dialogue. Les sanctions visent également les exportations de fer et de plomb.

Il est aussi question d’interdire la mise sur pied de nouvelles entreprises communes engageant des investisseurs étrangers et nord-coréens de même que le gel des investissements dans celles qui existent déjà, mais une source de l’AFP a dit s’attendre à ce que la Russie veuille amender ces dispositions, car elles pourraient nuire à ses propres intérêts.

Et la Banque du commerce extérieur de la Corée du Nord pourrait être ajoutée à la liste des entités dont les avoirs sont gelés.

Les sanctions envisagées ne concernent toutefois pas les livraisons de produits pétroliers à la Corée du Nord, ce qui lui aurait porté un dur coup.

Des tirs jugés menaçants

Le régime de Kim Jong-un a procédé en juillet au tir de deux missiles balistiques intercontinentaux – l’un le 4 et l’autre le 28 – suscitant beaucoup d’inquiétude au sein de la communauté internationale.

« Le lancement par la Corée du Nord d'un missile balistique intercontinental constitue une claire et nette escalade militaire », avait déclaré le 5 juillet l'ambassadrice américaine à l'ONU, Nikki Haley, à l'occasion d'une réunion d'urgence du Conseil de sécurité.

« Les États-Unis sont prêts à utiliser toute la panoplie de leurs moyens pour se défendre et défendre leurs alliés, avait-elle poursuivi. Nos importantes forces militaires constituent l'un de ces moyens. Nous les utiliserons si nous sommes obligés. Mais nous préférons ne pas devoir aller dans cette direction. »

« Il s'agit d'une menace sérieuse et d'une provocation », avait déclaré de son côté le président sud-coréen Moon Jae-in.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un rottweiler goûte à du citron pour la première fois





Rabais de la semaine