Retour

L'opposant russe Alexeï Navalny arrêté pour avoir « troublé l'ordre public »

L'opposant russe Alexeï Navalny a été interpellé par la police alors qu'il se rendait à une manifestation qu'il avait organisée au centre de Moscou pour dénoncer la corruption du régime de Vladimir Poutine. Au moins 200 de ses partisans ont aussi été arrêtés à Moscou et à Saint-Pétersbourg.

Selon notre correspondant à Moscou, Raymond Saint-Pierre, c'est son épouse, Loulia Navalnaïa, qui a annoncé son arrestation aux médias.

Sur son compte Twitter, l’épouse de Navalny a confirmé l’arrestation de son mari tout en exhortant ses sympathisants à se rendre malgré tout manifester. Elle a aussi publié des photos montrant plusieurs voitures de police garées devant son immeuble.

La porte-parole d’Alexeï Navalny, Kira Iarmych, a pour sa part rapporté que l'électricité avait été coupée dans les bureaux de son organisation anticorruption, d'où était diffusée sur Internet une émission consacrée aux manifestations.

Alexeï Navalny, qui mène une lutte sans relâche depuis des années contre la corruption, particulièrement celle du régime de Vladimir Poutine, avait dû déplacer le lieu de la manifestation à Moscou à quelques heures de préavis, en raison des efforts de la mairie pour l'empêcher de louer une scène et des équipements sonores.

La manifestation devait finalement se tenir rue Tverskaïa, tout près du Kremlin, où les festivités du Jour de la Russie ont lieu toute la journée.

Selon la police russe, M. Navalny a été arrêté pour avoir désobéi aux ordres de la police et pour avoir troublé l'ordre public, ce qui pourrait lui valoir 15 jours de prison. La police a confirmé l'avoir emmené pour le faire comparaître devant un juge pour violations des règles encadrant l'organisation de manifestations et pour refus d'obtempérer aux injonctions des force de l'ordre.

Pendant ce temps, à Moscou et à Saint-Pétersbourg, les autorités ont arrêté plus de 200 personnes qui sont descendues dans les rues pour manifester contre la corruption et appuyer Alexeï Navalny. Selon l'ONG OVD-Info et des journalistes sur place, 121 personnes ont été arrêtées dans le centre de Moscou et 137 à Saint-Pétersbourg.

« La dernière fois qu’il a organisé une manifestation, c’est le 26 mars dernier. Ça a pris tout le monde par surprise. Ça a attiré énormément de gens », explique notre correspondant à Moscou, Raymond Saint-Pierre.

Une candidature dérangeante pour le gouvernement Poutine

Après la mobilisation du 26 mars dernier, Alexeï Navalny avait appelé à la tenue de manifestations dans 180 villes de la Russie lundi, à l’occasion du jour férié où le pays commémore son indépendance en 1990, depuis la chute de l'URSS.

Considéré comme l'opposant numéro un au gouvernement du président Vladimir Poutine, Alexeï Navalny, 41 ans, entend se présenter contre lui aux élections présidentielles de 2018, ce que lui refuse le gouvernement.

Alexeï Navalny poursuit ses efforts pour ouvrir des bureaux de campagne dans le plus grand nombre de régions dans le pays et recueillir les 300 000 signatures nécessaires pour se présenter malgré tout aux présidentielles. Son but est de forcer le régime à autoriser sa candidature en utilisant la pression publique.

Boudé par les chaînes de télévision du pays, il parle à ses électeurs uniquement via les réseaux sociaux tels YouTube, Twitter et Instagram.

Les vidéos qu’il publie régulièrement sur Internet pour dénoncer la corruption du régime trouvent écho auprès de millions d’internautes, principalement des jeunes qui n’ont connu que le régime de Vladimir Poutine.

« Il n’a de cesse, chaque semaine, pratiquement chaque jour, de publier des vidéos dans lesquelles il dénonce la corruption, la corruption du régime ici, en Russie. », explique Raymond Saint-Pierre.

Le régime Poutine décidé à en finir

Arrêté à de nombreuses reprises, Alexeï Navalny a été la cible de plusieurs agressions depuis qu’il s’est élevé contre le pouvoir russe en 2012. Son frère a également été arrêté et emprisonné par le régime pour augmenter la pression sur lui, selon ses partisans.

Navalny, quant à lui, a été condamné à une peine de prison avec sursis cette année pour détournement de fonds, ce qui l’empêche légalement de se présenter aux élections.

Cette condamnation a été dénoncée par ses partisans pour qui il s’agit d’un geste politique expressément destiné à le discréditer.

En mars dernier, l'une de ses vidéos accusant de corruption le premier ministre Dimitri Medvedev a rassemblé des dizaines de milliers de personnes à Moscou et dans des dizaines de villes.

La police avait fait plus d’un millier d’arrestations ce jour-là. Une mobilisation populaire qui n’avait pas été observée depuis longtemps en Russie.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine