Retour

L'opposition vénézuélienne cherche des appuis pour destituer Maduro

L'opposant vénézuélien Henrique Capriles a entamé lundi au Paraguay et en Argentine une tournée latino-américaine pour convaincre ses voisins de faire pression en faveur de l'organisation du référendum révocatoire du président Nicolas Maduro.

L'ancien candidat aux dernières élections présidentielles demande à l'Union des nations sud-américaines (UNASUR) de se prononcer en faveur du respect des droits des Vénézuéliens.

Il se rendra ensuite au Brésil pour solliciter l'appui du ministre des Affaires étrangères.

Le gouvernement crie à la fraude

Pour sa part, le gouvernement du Venezuela a déposé lundi un recours pour « fraude » quant à la collecte des signatures pour demander un référendum sur la destitution du président Maduro.

« Nous sommes venus au Tribunal suprême de justice pour introduire un recours, afin que les droits constitutionnels des Vénézuéliens soient préservés », a déclaré à la presse Jorge Rodriguez, nommé par le président pour surveiller le processus mené par ses opposants.

Le président tente de repousser la tenue d'un éventuel référendum. Au-delà du 10 janvier 2017, un tel scrutin n'entraînerait que le remplacement de Maduro par son vice-président jusqu'à la fin du mandat, en 2019.

Plus de 1,3 million de signatures ont été recueillies jusqu'à maintenant par le Conseil national électoral (CNE).

Plus d'articles