Retour

L'ouragan Irma quitte Saint-Barthélemy et Saint-Martin

L'ouragan Irma, l'un des plus puissants de l'histoire enregistré dans l'Atlantique, a frappé les îles françaises de Saint-Barthélémy et franco-néerlandaise de Saint-Martin ce matin après avoir quitté Barbuda au cours de la nuit dernière.

L'oeil de l'ouragan est demeuré 1 h 30 sur Saint-Barthélémy pour ensuite se diriger vers Saint-Martin situé un peu plus au nord-ouest. « Des impacts majeurs sont en cours sur ces îles », indique Météo France, relevant que la mer « déferle avec une extrême violence » sur les rivages, et qu'il y a « submersion majeure des parties basses du littoral ».

L'ouragan Irma avait auparavant frappé l'île de Barbuda, dans les Caraïbes, a annoncé le Centre des ouragans américain (NHC). L'oeil du cyclone est passé sur Barbuda dans la nuit de mardi, vers deux 2 h (heure locale). Il était accompagné de vents soutenus de 295 km/h et des rafales atteignant 360 km/h, a précisé le centre.

Considérée comme l’un des plus puissants de l’histoire, Irma a atteint la plus haute catégorie (5) sur l’échelle Saffir-Simpson qui mesure la force des ouragans. Irma se déplace avec des vents de 295 km/h. Également de catégorie 5, Allen, qui a frappé en 1980, soufflait avec des vents de 305 km/h.

Le NHC prévient qu’Irma pourrait laisser jusqu’à 25 cm de pluie à certains endroits en plus de provoquer des glissements de terrain et des crues-éclair, et engendrer des vagues de sept mètres.

De son côté, Météo France a annoncé que l'ouragan pourrait produire des rafales allant jusqu’à 360 km/h.

Le gouvernement français avait annoncé que des milliers de personnes avaient refusé de se mettre à l'abri à Saint-Martin et Saint-Barthélemy, tandis que les Antilles françaises ont été placées en d’alerte violette, le plus haut niveau qui impose le confinement total des habitants.

« La situation est inquiétante parce qu'on a des phénomènes aujourd'hui qu'on connaît peu, dans leur intensité, dans cette partie des Caraïbes », a déclaré la ministre française Annick Girardin qui s'est rendue à la cellule interministérielle de crise ce matin à Paris.

« La plus forte inquiétude que nous avons [...], c'est que des espaces très denses en population vont être touchés, des espaces où malheureusement les habitations sont de fortune, où les gens ont refusé, pour l'instant, d'aller se protéger », a expliqué la ministre.

« La bonne nouvelle, c'est que la Guadeloupe sera moins touchée que ce qu'on pouvait penser et qu'on peut avoir un « hub » logistique à partir de la Guadeloupe où on rapatrie actuellement à la fois des moyens et des hommes pour intervenir sur Saint-Martin et Saint-Barthélemy le plus vite possible après les événements », a-t-elle précisé.

Saint-Barthélemy est une île française des Petites Antilles qui compte quelque 9500 habitants. Également territoire français, Saint-Martin compte plus de 35 000 habitants qui sont surtout situés dans la partie Nord de l'île.

Voyageurs rapatriés

Le transporteur aérien Air Transat procède à l’évacuation de tous ses passagers de République dominicaine que l’ouragan Irma doit frapper au cours de la journée vers la fin de la semaine. La société dit avoir envoyé 10 avions dans ce pays pour rapatrier ses quelque 2000 voyageurs qui ont commencé à rentrer au pays. Les derniers rapatriés arriveront au Canada en début de soirée.

Les voyageurs qui devaient partir pour la République dominicaine, Cuba ou Haïti au cours des prochains jours devraient vérifier l’état de leur vol auprès d'Air Transat. La compagnie aérienne indique sur son site internet que « la politique Ouragan de Transat est mise en place pour les vols jusqu'au 11 septembre 2017 ».

Un autre transporteur canadien, WestJet a fait de même en affrétant trois appareils pour récupérer ses voyageurs dans les Caraïbes. « Le nombre d’avions est suffisant pour rapatrier le nombre d’invités que nous avons dans nos destinations », a déclaré le porte-parole de l’entreprise, Robert Palmer.

État d’urgence

L’ouragan, qui peut également provoquer des tempêtes maritimes, se dirige toujours vers le nord-ouest, en direction des Iles Vierges et de Porto Rico, qui ont déclaré l’état d’urgence.

Après l'arc antillais, l'œil d'Irma devrait atteindre le nord des îles Vierges, mercredi, et se diriger près de Porto Rico en fin de journée.

L’ouragan devrait frapper Porto Rico mercredi après-midi pour atteindre le sud de la Floride, après être passé par Haïti et Cuba samedi.

« Porto Rico n'a pas vu d'ouragan de cette magnitude en près de 100 ans », selon le météorologue Carlos Anselmi.

Les citoyens de la Floride, placé en état d'urgence, ont d’ailleurs profité du week-end de la fête du Travail pour vider les étalages des épiceries en prévision du passage de l’ouragan.

« Irma devient un ouragan extrêmement dangereux de catégorie 5 », a déclaré mardi le Centre national des ouragans (NHC), en ajoutant qu'il risquait de gagner encore de l'intensité.

« Il faut se hâter d'achever les préparatifs dans la zone d'alerte à l'ouragan », prévient le centre.

Alors qu’Irma souffle toujours, une nouvelle dépression s’est formée et transformée en tempête dans le golfe du Mexique, selon le NHC. Katia se trouve à 165 km à l’est de Tampico, au Mexique, et souffle avec des vents de 65 km/h pour l’instant. Elle devrait demeurer au-dessus du golfe du Mexique jusqu’à au moins vendredi, toujours selon le NHC.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine