Retour

La 1re place de Macron bien accueillie à l'international

Après avoir été chaudement saluée par la presse internationale, la première place d'Emmanuel Macron a fait bondir l'euro de 2 % sur les marchés internationaux.

Tour à tour, le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker et le chef de la diplomatie allemande, Sigmar Gabriel, ont salué dimanche soir la bonne posture du candidat d’En Marche!

Sigmar Gabriel s’est d’ailleurs dit « sûr » de la victoire du candidat au second tour.

Certains quotidiens ont tout de même tenu à rappeler la présence de Marine Le Pen au second tour, qui pour certains laisse présager une menace.

Le Guardian estime que le candidat d’En marche! représente « le meilleur espoir d'un grand pays profondément troublé », mais juge que « la menace posée par l'extrême droite n'est pas éteinte ».

Le New York Times parle d'un duel entre un « novice politique » et un « tison d'extrême droite », « deux outsiders avec des visions radicalement différentes pour le pays ».

Une opposition qui « place la France sur un chemin incertain au moment critique où cette élection pourrait également décider de l'avenir de l'Union européenne ».

Pour le Wall Street Journal, les Français ont « redéfini la géographie politique du pays en plaçant l'Union européenne au centre de la nouvelle opposition politique ».

D'un côté, ajoute le quotidien économique et financier, « se tient M. Macron, un ancien banquier d'affaires qui veut renforcer l'intégration européenne. De l'autre, Mme Le Pen, ennemie jurée de l'UE et de sa monnaie unique. »

« Une nouvelle révolution française » - Le Daily Mail

Le conservateur Daily Mail titre quant à lui « Une nouvelle révolution française », en expliquant que la France fait maintenant face à son propre référendum pour l'Union européenne, tandis que le Times, quotidien de centre-droit, évoque « une élite française humiliée par des marginaux en route vers la victoire » avec une photo d'une Marine Le Pen tout sourire.

Le quotidien conservateur Frankfurter Allgemeine Zeitung se montre réservé sur la qualification d'Emmanuel Macron dans un article intitulé « La France déchirée » : « Plus de 40 % des Français ont voté pour des candidats à droite toute ou à gauche toute. La victoire de Macron est tellement étroite que, lors des deux présidentielles précédentes (2007 et 2012), il ne serait pas arrivé au second tour. »

Pour le magazine de centre-gauche Der Spiegel, le succès du candidat centriste est « une gifle retentissante pour l'establishment politique. Sa qualification au second tour a balayé, au moins provisoirement, des institutions politiques de longue date, les gaullistes-conservateurs Les Républicains, tout comme les socialistes au pouvoir (du président) François Hollande. »

Dans un éditorial publié sur son site, Le Soir juge que les Français « ont fait leur révolution, balayant, à la Trump, les partis et les hommes politiques traditionnels, de gauche comme de droite, pour mettre face à face deux personnalités hors système ».

Le Temps, reprenant le terme de « nouvelle frontière » utilisé par l'ancien président américain John F. Kennedy, espère la victoire d'Emmanuel Macron : « Ce jeune président de même pas 40 ans peut donner une nouvelle frontière à la France et améliorer le sort des Français. »

Mais le quotidien estime qu'« avec le Front national, ce sont les descendants de la France collaborationniste et de l'Algérie française qui se trouvent aux portes du pouvoir ».

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine