Retour

La campagne #MoiAussi divise les femmes en France

Dans une lettre ouverte parue mardi dans Le Monde, une centaine de femmes, dont l'actrice Catherine Deneuve, dénoncent ce qu'elles considèrent comme des dérives des mouvements de type #BalanceTonPorc et #MoiAussi sur les réseaux sociaux, qui se sont transformés, selon elles, en « campagnes de délations ».

Se positionnant à contre-courant du mouvement de dénonciations publiques des inconduites sexuelles et des gestes déplacés envers les femmes, le collectif, qui regroupe une centaine de comédiennes, d'écrivaines, de chercheuses ou de journalistes, affirme rejeter le « puritanisme » apparu dans la foulée des accusations de harcèlement et d'agression sexuelle portées par une quarantaine de femmes contre le producteur américain Harvey Weinstein.

« Le viol est un crime. Mais la drague insistante ou maladroite n'est pas un délit ni la galanterie une agression machiste », écrivent les signataires de la lettre, parmi lesquelles on retrouve, outre Catherine Deneuve, l’auteure Catherine Millet, l’éditrice Joëlle Losfeld, l’actrice Ingrid Caven et la journaliste Élisabeth Lévy.

« Délation et justice expéditive »

Sans détour, les auteures de la lettre dénoncent les « campagnes de délations » et la « justice expéditive » qui ont découlé du mouvement de dénonciation apparu dans le monde à la suite des révélations, dans plusieurs pays, de femmes connues qui ont affirmé avoir été agressées sexuellement par des personnages publics, généralement en position de pouvoir.

Selon le collectif, les mouvements de type #MoiAussi ou #BalanceTonPorc, en France, où des milliers de femmes ont dénoncé des agressions sexuelles présumées et des comportements qu’elles jugent déplacés en pointant des individus publiquement, ont engendré des dérives inquiétantes.

« Comme un climat de société totalitaire »

Dans leur texte intitulé « Nous défendons une liberté d’importuner, indispensable à la liberté sexuelle », les auteures déplorent que des hommes soient « sanctionnés dans l'exercice de leur métier, contraints à la démission, alors qu'ils n'ont eu pour seul tort que d'avoir touché un genou, tenté de voler un baiser, parlé de choses intimes lors d'un dîner professionnel ou d'avoir envoyé des messages à connotation sexuelle à une femme chez qui l'attirance n'était pas réciproque ».

« En face, les hommes sont sommés de battre leur coulpe et de dénicher, au fin fond de leur conscience rétrospective, un "comportement déplacé" qu'ils auraient pu avoir voici dix, vingt ou trente ans, et dont ils devraient se repentir », peut-on lire dans la tribune publiée dans les pages du Monde.

L'art censuré

Selon ces femmes, la prise de conscience collective contre la violence sexuelle est légitime et devait être faite, mais, écrivent-elles, cet éveil s'est transformé en une forme de dogme qui évacue toute critique ou remise en question.

« Cette libération de la parole se retourne aujourd'hui en son contraire : on nous intime de parler comme il faut, de taire ce qui fâche, et celles qui refusent de se plier à de telles injonctions sont regardées comme des traîtresses, des complices! », s'insurgent les 100 signataires. 

À ce chapitre, elles déplorent de nombreux cas récents de censure d'oeuvres d'art, de films, de livres et de peintures, sous prétexte que leurs auteurs auraient eu dans le passé des comportements jugés inacceptables.

Elles dénoncent aussi le fait qu'elles soient désormais l'objet de pressions du milieu pour que leurs personnages féminins soient plus féministes, que les personnages masculins soient moins sexistes et de faire en sorte que les « traumatismes subis par les personnages féminins soient rendus plus évidents ». Citant le philosophe Ruwen Ogien, elles réclament le droit d'offenser, une liberté selon elles indispensable à la création artistique.

Pas de liberté sexuelle sans « liberté d'importuner »

Cet empressement à « envoyer les porcs à l’abattoir » ne sert pas la cause des femmes, selon les signataires de la lettre, car « loin d’aider les femmes à s’autonomiser [il] sert en réalité les intérêts des ennemis de la liberté sexuelle, des extrémistes religieux, des pires réactionnaires et de ceux qui estiment […] que les femmes sont des êtres à part, des enfants à visage d’adulte, réclamant d’être protégées », déplorent-elles.

Selon elle, sans « liberté d'importuner », il ne peut y avoir de liberté sexuelle.

Plus d'articles