Retour

La Caroline du Nord maintient sa loi controversée sur les toilettes publiques

Les sénateurs de la Caroline du Nord ont rejeté la proposition d'abroger une loi controversée interdisant aux gens d'utiliser des toilettes publiques du sexe auquel ils s'identifient.

Le texte visant à révoquer la loi dite HB2, que ses détracteurs jugent discriminatoire, a été rejeté, mercredi, par 32 voix contre 16.

En l'adoptant il y a neuf mois, la Caroline du Nord est devenue le premier État américain à interdire l’accès aux toilettes et aux vestiaires des édifices publics et des écoles à des personnes dont le sexe diffère de celui de leur naissance.

HB2 avait été promulguée, en mars, en grande partie en réponse à une ordonnance prise par la ville de Charlotte, qui permettait aux gens d’utiliser des toilettes correspondant au genre auquel ils s’identifient.

Pendant des mois, les républicains avaient cependant affirmé que si Charlotte abrogeait son règlement, le parlement pourrait aussi abroger sa loi HB2, aussi appelée loi sur les salles de bain.

Les membres de la Chambre des représentants et du Sénat se sont donc réunis, mercredi, pour une session spéciale, convoquée en début de semaine lorsque le futur gouverneur de la Caroline du Nord, le démocrate Roy Cooper, a annoncé avoir conclu un accord avec l’État républicain pour abroger la loi.

Deux jours auparavant, le conseil municipal de la ville de Charlotte a donc lui aussi annoncé avoir abandonné son décret.

Or, les républicains ont finalement mis, mercredi soir, comme condition à l’abrogation de la loi, l’instauration d’un moratoire de six mois prévoyant que d'autres juridictions locales puissent adopter leur propre législation réglementant les toilettes, douches et vestiaires publics.

La loi restreignant les droits des personnes transgenres a pourtant terni l’image de l’État, au point que de grandes entreprises se sont retirées de participations à des conférences et que des artistes, tels que Bruce Springsteen, ont choisi de ne plus se produire dans l'État en guise de protestation.

Plus d'articles

Commentaires