Retour

La Caroline du Nord s'apprête à abroger sa loi controversée sur les toilettes publiques

Le gouverneur de la Caroline du Nord, Pat McCrory, a annoncé son intention d'abroger la loi controversée sur les toilettes qui avait donné lieu au moment de son adoption, plus tôt cette année, à plusieurs débats d'un bout à l'autre des États-Unis sur les droits des personnes transgenres.

« Les questions entourant les identités de genre sont un enjeu national qui sera réglé en cour et par le département américain de la Justice », a déclaré le gouverneur républicain dans une vidéo diffusée sur Internet.

Pat McCrory a précisé que la loi serait abrogée mercredi dans une réunion spéciale.

« Comme vous tous, j’attends avec impatience la décision et je m’attends à travailler avec les législateurs de l’État au cours des prochains jours », a-t-il dit.

La loi de la Caroline du Nord interdit aux gens d’utiliser des toilettes publiques qui contreviennent à leur sexe biologique.

Les critiques de cette loi arguent qu’elle est discriminatoire à l’égard de la communauté LGBT, particulièrement les personnes trans.

La controverse a débuté en février dernier lorsque le conseil municipal de la ville de Charlotte a adopté un règlement qui permettait aux gens d’utiliser des toilettes correspondant au genre auquel ils s’identifient.

Ceux qui appuyaient le règlement avançaient qu’il serait utile pour combattre la discrimination envers la communauté LGBT.

Leurs détracteurs, parmi lesquels figuraient plusieurs républicains, soutenaient quant à eux que le règlement pouvait heurter les croyances religieuses de certains propriétaires de commerces et qu’il pouvait mettre en danger la sécurité du public.

La législature de l’État, dominée par les républicains, a alors sauté à pieds joints dans le débat en adoptant une loi nationale obligeant les personnes transgenres à utiliser les toilettes correspondant à leur sexe biologique dans les édifices publics. Cette loi, nommée HB2, outrepassait celle de la ville de Charlotte.

L'adoption de HB2 a suscité un tollé à l'échelle du pays et plusieurs vedettes, comme Bruce Springsteen, ont choisi de ne plus se produire dans l'État en guise de protestation.

Le département de la Justice s'est finalement mêlé à l'affaire en déposant une poursuite contre l'État de la Caroline du Nord. La procureure générale des États-Unis, Loretta Lynch, a qualifié cette loi de « discriminatoire », un avis partagé par le président Barack Obama.

Bisbille entre républicains et démocrates

L’annonce de Pat McCrory a été devancée par une déclaration du futur gouverneur de la Caroline du Nord, le démocrate Roy Cooper. Ce dernier a battu Pat McCrory lors du scrutin de novembre dernier.

Roy Cooper a affirmé plus tôt lundi qu’il s’était entretenu avec les représentants de l’État et qu’ils avaient convenu de tenir la réunion mardi.

La sortie impromptue de M. Cooper, qui ne peut pas encore assumer officiellement les fonctions de sénateur, a froissé le camp McCrory, mais aussi les élus de la Chambre des représentants, qui l’ont accusé de tenter de faire passer l’initiative du sénateur républicain pour la sienne.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un sanglier est coincé sur un lac gelé





Rabais de la semaine