Retour

La cellule terroriste de Barcelone « totalement démantelée », selon Madrid

La cellule terroriste à l'origine des attaques qui ont fait 14 morts et plus de 100 blessés à Barcelone et dans la station balnéaire de Cambrils « a été totalement démantelée », a annoncé samedi le ministre espagnol de l'Intérieur, Juan Ignacio Zoido.

Au moins 12 personnes, selon les derniers éléments de l'enquête, composaient cette cellule à l'origine des deux attaques.

Le groupe armé État islamique (EI), qui avait déjà revendiqué l'attentat de Barcelone, s'est réclamé de celui de Cambrils samedi matin. Dans un communiqué diffusé par Amaq, son agence de propagande, l'EI a précisé que « deux escadrons de djihadistes » avaient mené les deux attaques qui visaient « des rassemblements de croisés ».

Les enquêteurs croient que ces terroristes préparaient des opérations de plus grande envergure, mais qu'ils ont dû modifier leurs projets à la suite de l'explosion apparemment accidentelle d'une maison à Alcanar, une localité située au sud de Barcelone, mercredi. La police pense en effet que ce bâtiment, où des bonbonnes de gaz ont été retrouvées, servait à préparer un ou plusieurs attentats à l'explosif.

La traque du conducteur de la fourgonnette qui a foncé sur des piétons jeudi à Barcelone se poursuivait samedi matin, la police jugeant de plus en plus improbable qu'il soit l'un des cinq suspects tués à Cambrils. Il pourrait s'agir de Younès Abouyaaqoub, un Marocain de 22 ans dont la photo a été diffusée.

Trois autres djihadistes ont été identifiés parmi les personnes tuées sur les Ramblas de Barcelone, selon la Generalitat, l'exécutif catalan.

Enfin, quatre suspects âgés de 21 à 34 ans demeurent détenus.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un homme sauve un faucon d'une attaque de serpent





Rabais de la semaine