Retour

La Chine veut un accord d'extradition avec le Canada

La Chine souhaiterait intensifier sa coopération avec le Canada pour lutter contre la corruption en signant un accord d'extradition.

C’est ce qu’a déclaré le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi à la chef de la diplomatie canadienne Christia Freeland, mercredi, à Pékin.

Les deux pays s’étaient entendus l’année dernière pour discuter de la possibilité de conclure un accord d’extradition. La Chine aimerait voir se concrétiser une telle entente pour réclamer le retour de ressortissants qu’elle juge corrompus et qui ont fui au Canada pour éviter la justice.

Plusieurs pays occidentaux hésitent à signer de tels accords avec la Chine, entre autres parce qu’ils doutent de l’intégrité du système judiciaire chinois et du traitement des prisonniers.

Le ministre chinois a fait valoir à son homologue canadienne que les deux pays gagneraient à collaborer davantage, dans tous les secteurs d’activités.

Le Canada refuse de renvoyer des personnes réclamées par des pays sans avoir l’assurance qu’ils ne seront pas exécutés .

En 2011, le Canada a déporté un ressortissant chinois accusé de contrebande et corruption. L’homme avait utilisé tous les recours possibles pour éviter d’être déporté, alléguant qu’il serait torturé et exécuté s'il retournait en Chine. Mais la justice canadienne a rejeté ses arguments.

De retour en Chine, Lai Changxing a été condamné à la prison à vie.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Toute la vérité sur la Vierge





Concours!



Rabais de la semaine