Retour

La collaboration entre le Mexique et les États-Unis sur le narcotrafic pourrait être remise en question

Un des grands trafiquants de drogue de l'histoire, le Mexicain Joaquin Guzman – surnommé El Chapo – comparaît ces jours-ci devant un tribunal de Brooklyn et pourrait passer le reste de ses jours dans une prison américaine. Une occasion de faire le point sur la collaboration entre les États-Unis et le Mexique en matière de narcotrafic.

El Chapo a été extradé par les autorités mexicaines le 19 janvier, la veille de l'assermentation de Donald Trump à la présidence des États-Unis.

Ce message de bonne volonté de la part du Mexique n'a pas été perçu comme tel par le nouveau président.

Comme l'explique Jean Rivelois, chercheur à l'Institut de recherche pour le développement de Paris, les Mexicains ont encaissé plusieurs affronts depuis l'arrivée de Donald Trump au pouvoir : l'ALENA, la construction d'un mur entre leur frontière et celle des États-Unis, et maintenant, le trafic de la drogue.

« L'ennemi, c'est le musulman, ce n'est pas le djihadiste, c'est le musulman. Et l'autre ennemi, c'est le Mexicain, ce n'est pas le narcotrafiquant mexicain, c'est le Mexicain en général », dit-il.

Pourtant, les autorités mexicaines n'ont jamais capturé ou tué autant de gros bonnets de la drogue. En 2016 seulement, 79 narcos ont été extradés aux États-Unis.

D'après un reportage de Jean-Michel Leprince

Plus d'articles

Vidéo du jour


10 faits que vous ignoriez sur les rêves





Rabais de la semaine