Retour

La Corée du Nord blâmée après le vol de documents militaires sud-coréens

Une grande quantité de documents militaires sud-coréens classifiés, dont le dernier plan d'opérations américano-sud-coréen en cas de conflit militaire, ont été volés. Des pirates nord-coréens seraient parvenus à infiltrer l'intranet de l'armée en septembre 2016, soutient le député du Parti démocrate au pouvoir, Rhee Cheol-hee.

Cité par l'agence de presse Yonhap et le quotidien Chosun Ilbo, Rhee Cheol-hee indique que 235 gigaoctets de données sensibles auraient été captés.

Parmi ces documents se trouve le plus récent plan d’action élaboré par la Corée du Sud avec Washington, qui a été conçu dans l’éventualité d’une guerre avec la Corée du Nord. Ce plan comporte notamment des projets d’attaque qui visent directement le leader nord-coréen Kim Jong-un.

Le député Rhee ajoute que selon le ministère de la Défense, 80 % des données manquantes n'ont pas été identifiées pour l'instant.

Mais il précise que le plan d’urgence des forces spéciales, un document détaillé sur les exercices militaires annuels américano-sud-coréens, ainsi que des informations sur des installations militaires clés et des centrales électriques ont été volés.

L’armée sud-coréenne refuse pour le moment de confirmer ou d'infirmer ces informations, au nom du secret de la défense.

Démenti nord-coréen

Ces informations font surface au moment où le président américain Donald Trump et Kim Jong-un sont engagés dans une guerre de mots, et alors que la Corée du Nord poursuit ses programmes nucléaires et balistiques en dépit des sanctions internationales.

Un porte-parole américain du ministère de la Défense, le colonel Robert Manning, affirme avoir été mis au courant de la situation.

« Je ne dirai pas si ce [piratage] s'est produit ou pas », a expliqué M. Manning durant un point de presse. « Ce que je vous dirai, c'est que l'Alliance américano-sud-coréenne, qui est une entité bilatérale, est censée traiter ce genre de problèmes et servir de protection contre eux. »

La Corée du Nord a démenti toute responsabilité dans les cyberattaques et a reproché à Séoul de « fabriquer » des accusations dans ce domaine.

Selon le ministère sud-coréen de la Défense, la Corée du Nord possède près de 6800 spécialistes des cyberattaques. La Corée du Nord a été accusée de nombreuses attaques informatiques, dont une contre le studio hollywoodien Sony Pictures Entertainment en 2014.

Plus d'articles