Retour

La Corée du Nord défend son programme nucléaire et s'en prend aux États-Unis

L'ambassadeur nord-coréen aux Nations unies a déclaré mercredi que son pays continuerait à développer son arsenal nucléaire nonobstant les sanctions, les pressions ou même les attaques militaires contre lui.

Devant le Conseil de sécurité de l'ONU, Kim In-ryong a indiqué qu'en 50 ans, la Corée du Nord et les États-Unis ne se sont jamais autant approchés d'une guerre nucléaire que lorsque l'armée américaine, de concert avec la Corée du Sud, a entrepris ce qu'il a dépeint comme des manoeuvres « agressives » en avril et en mai.

Il a reproché à l'administration de Donald Trump d'adopter une politique étrangère « hostile » et dépassée.

M. Kim a accusé Washington de vouloir conserver un avantage militaire en Asie dans le cadre de son « rêve de domination mondiale ». Le peuple nord-coréen a conclu que pour défendre ses droits et sa souveraineté, il doit riposter, a-t-il dit.

Il s'agissait d'une rare apparition de l'ambassadeur nord-coréen devant le Conseil de sécurité, dont il boycotte les rencontres traitant des sanctions imposées contre son pays.

La séance de mercredi portait sur la mise en oeuvre d'une résolution adoptée en 2004 pour empêcher que des extrémistes, des terroristes ou d'autres acteurs non étatiques ne mettent la main sur des armes chimiques, biologiques ou nucléaires.

Les États-Unis modernisent leur arsenal nucléaire, mais ne permettent pas à d'autres pays « de tester ou de lancer tout objet dont le nom comprend les mots ''nucléaire'' ou ''ballistique'' », a dénoncé Kim In-ryong.

« C'est vraiment le sommet de l'arrogance éhontée, de l'attitude moralisatrice et du double standard », a-t-il lancé.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine