Retour

La Corée du Nord libère trois prisonniers américains

Le président des États-Unis, Donald Trump, a annoncé mercredi matin la libération par Pyongyang de trois ressortissants américains qui étaient détenus depuis des mois en Corée du Nord.

Selon la Maison-Blanche, les trois hommes – un missionnaire et deux enseignants – ont pris place dans l'avion ramenant le secrétaire d'État américain Mike Pompeo, qui effectuait mercredi une seconde visite surprise en un mois à Pyongyang pour préparer aussi le sommet entre Donald Trump et Kim Jong-un.

Selon le président Trump, qui a été le premier à annoncer la nouvelle sur son compte Twitter, Kim Hak-song, Kim Sang-duk et Kim Dong-chul « semblent être en bonne santé ». Des observateurs ont rapporté qu'ils ont pu monter à bord de l'avion sans aide.

Selon la Maison-Blanche, les trois hommes devraient arriver à la base d'Andrews, près de Washignton, vers 2 h du matin, jeudi.

Saluant ce geste de « bonne volonté » du leader nord-coréen Kim Jong-un, le président américain a ajouté que Mike Pompeo avait eu « une bonne rencontre » avec le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un. Il a précisé que la date et le lieu de sa rencontre à venir avec ce dernier avaient été fixés.

« J'ai eu des réunions productives à Pyongyang avec le président Kim Jong-un et j'ai fait des progrès. Je suis ravi de ramener trois Américains à la maison », a pour sa part déclaré le secrétaire d'État Mike Pompeo sur Twitter.

Les proches des prisonniers soulagés

Les familles des prisonniers, de leur côté, ont exprimé leur soulagement et leur reconnaissance envers le gouvernement américain et tous ceux qui ont travaillé pour le retour des trois hommes.

« Nous sommes reconnaissants pour la libération de notre mari et père, Tony Kim, ainsi que des autres prisonniers américains. Nous désirons remercier tous ceux qui ont travaillé et contribué à son retour à la maison, ont écrit sur Twitter les proches de Tony Kim. Nous désirons aussi remercier le président pour être intervenu directement avec la Corée du Nord. Nous remercions Dieu pour le retour sain et sauf de Tony. »

Washington entend maintenir la pression

Malgré ce geste de bonne volonté de la dictature nord-coréenne, Washington n'entend cependant pas baisser la garde dans ses relations avec Pyngyang, a prévenu le vice-président Mike Pence dans une communication de la Maison-Blanche.

Qui sont ces Américains libérés par Pyongyang?

Kim Hak-song travaillait pour l'Université des Sciences et de la Technologie de Pyongyang (USTP) lors de son arrestation en mai 2017. Il a été arrêté à la gare de Pyongyang alors qu'il montait dans un train pour rentrer chez lui, dans la localité chinoise de Dandong, sous l'accusation d'avoir commis des « actes hostiles » contre le gouvernement.

Kim Sang-duk, également connu sous le nom de Tony Kim, avait été arrêté en avril 2017 au principal aéroport de Pyongyang alors qu'il tentait de quitter le pays après y avoir enseigné pendant plusieurs semaines. Il travaillait également pour l'USTP.

Kim Dong-chul, un homme d'affaires et pasteur âgé d'une soixantaine d'années, a été condamné en avri 2016 à 10 ans de travaux forcés après son arrestation pour subversion et espionnage.

Plus d'articles

Vidéo du jour


10 faits que vous ignoriez sur les rêves





Rabais de la semaine