Retour

La Corée du Nord veut être reconnue comme une puissance nucléaire

Pyongyang a demandé dimanche à être reconnu par les États-Unis comme une puissance nucléaire militaire à part entière à la suite de son cinquième essai nucléaire, survenu vendredi dernier.

L'essai, qui a été vivement condamné par la communauté internationale, a provoqué l'ire des États-Unis, du Japon et de la Corée du Sud, qui militent désormais pour l'imposition de sanctions unilatérales plus sévères à l'encontre de l'État coréen. La Corée du Sud a d'ailleurs qualifié l'attitude de Pyongyang de « provocatrice » et « d'inacceptable ».

En dépit de sanctions du Conseil de sécurité de l'ONU sans cesse plus dures, la Corée du Nord a réalisé vendredi son plus puissant essai nucléaire.

L'essai préoccupe les experts, d'autant plus que Pyongyang a affirmé que l'engin testé vendredi était une tête susceptible d'être montée sur un missile.

Le gouvernement de Kim Jong-un a rejeté les critiques internationales et a fait savoir aux États-Unis que le pays souhaitait être reconnu à titre de puissance nucléaire militaire en vertu du Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires.

Les cinq pays actuellement reconnus comme étant officiellement dotés de l'arme nucléaire sont les États-Unis, la Russie, le Royaume-Uni, la France et la République populaire de Chine, soit les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU.

Le gouvernement nord-coréen a formulé sa demande en lançant une boutade au président des États-Unis, Barack Obama.

« Obama fait ce qu'il peut pour refuser [à la Corée du Nord] le statut stratégique d'État doté d'armes nucléaires légitime, mais c'est aussi stupide que de tenter d'éclipser le soleil avec la paume [de la main] », a déclaré un porte-parole du ministère nord-coréen des Affaires étrangères cité par l'agence officielle KCNA.

En visite au Japon, un haut diplomate américain a expliqué que Washington et Tokyo tentaient d'obtenir de la communauté internationale « la mesure la plus forte possible » pour riposter à Pyongyang.

De son côté, le gouvernement chinois, allié du régime nord-coréen, a appelé à la prudence. Tout en condamnant l'essai de vendredi, Pékin a soutenu qu'il était important de rester prudent quant à la réponse diplomatique et qu'il fallait « s'abstenir de toute provocation des deux côtés ».

Plus tôt ce week-end, l'armée sud-coréenne avait annoncé qu'elle était prête à mener une frappe militaire punitive contre la Corée du Nord si elle détectait des signes d'une attaque nucléaire imminente.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une crampe musculaire vraiment intense





Rabais de la semaine