Retour

La Croix-Rouge prévoit 600 000 cas de choléra au Yémen

L'épidémie de choléra qui fait rage au Yémen pourrait toucher 600 000 personnes cette année, rapporte le Comité international de la Croix-Rouge (CICR). C'est une conséquence directe de la guerre qui a « dévasté les infrastructures civiles et mis à genou le système de santé », soutient l'organisation.

D’ici décembre un Yéménite sur 45 pourrait être atteint de choléra. La maladie a déjà fait plus de 1800 morts au pays depuis qu’elle est réapparue en avril, et le pays peine à combattre l’épidémie.

D'une part, la guerre civile et les tensions avec les pays voisins compliquent l’apprivoisement en médicaments et l’intervention de l’aide humanitaire internationale. D'autre part, la détérioration des conditions de vie et des infrastructures médicales rendent la population beaucoup plus vulnérable à la maladie.

Le président du CICR, Peter Maurer, est arrivé dimanche au Yémen, où il a été reçu par le premier ministre, Ahmed ben Dagher.

Le chef de Care International, un organisme à but non lucratif, a quant à lui qualifié la crise humanitaire au Yémen de « honte pour l’humanité », rappelant que 60 % du pays était en situation de famine et que plus de la moitié de la population n’avait pas accès à l’eau potable.

Un pays ravagé par une guerre civile

La guerre au Yémen a débuté en 2012, lors des mouvements du printemps arabe. C’est la défaite du président contesté Ali Abdallah Saleh face à Abd Rabbo Mansour Hadi qui enclenche véritablement le conflit.

Affiliés à la branche chiite de l’islam, les Houthis se positionnent contre le nouveau gouvernement.

En 2015, le conflit atteint un point culminant lorsque les rebelles Houthis prennent d’assaut la capitale du pays et que l’Arabie saoudite s’en mêle.

Le Yémen est maintenant dévasté par les combats opposant d'une part le gouvernement soutenu par la coalition arabe de l’Arabie saoudite et, d'autre part, les Houthis, soutenus par l’Iran. Des groupes terroristes comme Al-Qaïda et le groupe armé État Islamique y sont aussi présents.

Aujourd’hui le conflit qui affecte les 27 millions d’habitants du pays a pris une ampleur internationale et a engendré une véritable crise humanitaire.

Depuis le point tournant de 2015, 8000 Yémites ont perdu la vie et 44 500 ont été blessés, la plupart des civils.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine