Retour

La demande d'asile des « anges gardiens » de Snowden devant les tribunaux canadiens

Les avocats représentant les trois familles qui ont hébergé Edward Snowden à Hong Kong se tournent vers la Cour fédérale pour accélérer le traitement de leur demande d'asile au Canada.

Une mise en demeure sera déposée dès mardi pour que le tribunal révise la décision du consulat canadien à Hong Kong de ne pas traiter la demande d’asile de ces familles de manière accélérée.

Selon Me Marc-André Séguin et Me Michael Simkin, le ministre canadien de l’Immigration, Ahmed Hussen, avait pourtant promis en mai dernier que les demandes déposées seraient traitées rapidement par les autorités. Les avocats ont toutefois eu la confirmation le 7 juillet qu’elles seraient plutôt analysées dans les délais habituels, soit près de 52 mois.

Or, ces familles font face à l'expulsion dans leurs pays d’origine, le Sri Lanka et les Philippines, et les autorités hongkongaises leur ont ordonné de se présenter dans un centre de détention dès le 1er août.

« [Hong Kong] a une feuille de route extrêmement dangereuse en matière de violation des droits humains, a dénoncé Me Marc-André Séguin en point de presse. Des éléments d’abus ont été documentés dans ce centre de détention de Hong Kong encore aujourd’hui. »

Les avocats tentent surtout de comprendre pourquoi le ministère de l’Immigration a changé de position quant à l’urgence de la situation de ceux qui ont été surnommés les « anges gardiens de Snowden ». Ils évoquent même de possibles pressions de la part des États-Unis sur le gouvernement canadien.

« Il semble que leurs connexions avec Snowden les rendent toxiques politiquement, a supposé Me Marc-André Séguin. On ne sait pas si les États-Unis font pression sur le Canada, mais nous nous adressons à la cour pour le savoir. »

L’identité de ces trois familles a été rendue publique par la sortie du film hollywoodien Snowden d’Oliver Stone qui contient une scène faisant état de leur existence. C’est le Canadien Robert Tibbo qui leur a demandé d’héberger clandestinement Edward Snowden avant qu’il ne parte pour la Russie.

L’organisme sans but lucratif For the Refugees, dirigé par les avocats, a déposé trois demandes de parrainage privées en janvier dernier et les coûts liés à leur immigration sont notamment financés par des dons privés.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine